Le voyage à l'étranger
le séjour



Le choc culturel 1


    À moins que vous ne soyez déjà un grand voyageur, vous ressentirez probablement un certain choc culturel à vos premières heures dans le pays d'origine de votre enfant. La culture de ce pays peut être plus ou moins différente de la nôtre, mais l'impression reste la même: votre enfant provient vraiment d'un autre monde. Adopter à l'étranger, c'est accepter cette énorme responsabilité de faire passer un enfant de son monde natal vers un autre monde. C'est pourquoi selon la Convention de la Haye, l'adoption est une solution de dernier recours car il vaudrait mieux que les enfants puissent demeurer dans leur pays d'origine. Si votre enfant est relativement âgé, il ressentira lui aussi un choc culturel lorsque vous le ramènerez chez vous. Profitez de votre séjour à l'étranger pour en apprendre le plus possible sur ses origines et tenter de le comprendre de votre mieux.

Ce choc culturel pourra aussi être amplifié par la situation particulière du pays. Vous pouvez en effet vous rendre dans un pays où on voit encore les séquelles de la guerre, ou encore il sera à la veille ou au lendemain d'un coup d'État, ou bien les écarts de richesse seront encore plus grands que chez nous. Quelles que soient les conditions dans lesquelles votre enfant aura commencé sa vie, vous serez sans doute troublé. Vous vous demanderez peut être si vous serez capable de lui donner ce dont il aura besoin et de compenser ce dont il aurait pu manquer.

Vous voudrez peut-être vous rendre dans le lieu de naissance de votre enfant, si cela est possible. Il pourra alors s'agir d'un tout petit village ou d'un bidonville. Le plus souvent, vous serez alors en contact direct avec des régions parmi les plus défavorisées du globe. Vous serez bouleversé par l'extrême pauvreté, l'état de désorganisation profond dans lequel se trouve certains pays. Alors, des sentiments de tristesse se mêleront à la joie de venir chercher votre enfant. L'adoption internationale, c'est un méga roller coaster des sentiments.

Observez mais ne jugez pas ce pays qui deviendra le vôtre, car en adoptant un enfant vous devez respecter le pays qui vous a confié un de ses enfants.


Haut de la page



La visite à l'orphelinat ou à la maison de transition 1,2


    Enfin, vous voilà arrivés au but de votre voyage: vous visitez l'orphelinat ou la maison de transition où se trouve votre enfant. C'est un événement attendu depuis si longtemps. N'oubliez pas que vous agissez en quelque sorte comme ambassadeur de tous les futurs parents adoptifs qui viendront après vous. Si vous avez pris le temps de vous renseigner avant de partir sur les us et coutumes locales, tout ira bien.

Il est de mise d'apporter quelque chose pour donner à l'orphelinat. Dans certains pays, on apporte une somme d'argent convenue à l'avance. Il s'agit d'un don que vous remettez aux autorités de l'institution, avec ou sans la présence de personnes responsables de l'adoption dans le pays. Dans d'autres pays, on n'accepte pas d'argent mais plutôt des dons en médicaments, vêtements et autres fournitures. Renseignez-vous avant de partir sur les besoins de l'orphelinat où vous allez pour apporter quelque chose d'utile.

En plus des catégories déjà mentionnées, voici quelques exemples de petits cadeaux plus personnels que vous pourriez apporter. Pour les adultes qui s'occupent de votre enfant, et qui sont généralement des femmes, vous pouvez donner des ensembles de couture, des bijoux simples, des savons, cosmétiques et autres produits de beauté, des épingles et chaînes, des crayons et du papier, des foulards et autres accessoires, etc. Pour les enfants de l'orphelinat, il y a des jouets faciles à transporter comme des casse-tête, livres à colorier, crayons, ensembles de peinture, des balles, des petits instruments de musique, des cartes à jouer, des petites poupées, etc. Haut de la page



La première rencontre avec votre enfant 1


    Le moment le plus émouvant de ce fameux voyage sera certainement la rencontre avec votre enfant. Vous aurez peut-être reçu une photo, peut-être que non mais à ce moment-là ce sera vrai, votre enfant en chair et en os. Le plus souvent, cet enfant sera bien différent de celui de la photo ou de celui de votre imagination. Il sera probablement beaucoup plus petit que vous pensiez, à moins que vous ne fréquentiez assidûment les rencontres d'une association de parents où on présente de nouveaux arrivés. Par exemple, ma fille mesurait 23 pouces (58 cm) et elle pesait 13 livres (28,6 kg), mais elle avait 22 mois!!

Cette rencontre tant attendu pourra se produire dans toutes sortes de conditions, parfois de façon très inattendue. Ce pourra être une présentation très solennelle par des autorités de l'orphelinat. Ou bien, vous pourrez arriver en automobile à la maison de transition et votre enfant sera là, à vous attendre appuyé sur le cadre de la porte d'entrée. Ou encore, la sonnette de votre chambre d'hôtel résonnera, vous répondrez et le responsable de l'orphelinat, que vous aviez rencontré la veille, vous mettra votre enfant dans les bras. Peu importe les exemples que nous pourrions donner, vous serez pris par surprise et votre coeur s'arrêtera de battre deux ou trois secondes.

Avant de partir, on se demande comment cette première rencontre va se passer. Est-ce que se sera le coup de foudre? Est-ce que les liens seront instantanés? C'est possible, mais le plus souvent la réponse est non, surtout si vous adopté un jeune enfant plutôt qu'un nourrisson. Un enfant de deux ou trois ans pourrait être effrayé ou timide; il pourrait se mettre à pleurer. S'il ne comprend pas exactement ce qui se passe, il ressent tout de même que quelque chose n'est pas normal, et l'inconnu l'effraie. De votre côté, l'attachement peut être plus ou moins long. Ne vous inquiétez pas trop et prenez le temps d'apprivoiser la nouvelle vie qui commence, pour tout le monde.
Haut de la page



La cueillette d'information sur votre enfant 2


    Que ce soit lors de votre visite à l'orphelinat ou bien lors des démarches administratives, tentez de récolter le plus de renseignements possibles à propos de votre enfant. C'est peut-être votre seule chance d'en apprendre un peu plus que ce qui est écrit dans les papiers officiels. Pour cela, posez beaucoup de questions, dans les limites de la politesse bien sûr. Il ne sera sûrement pas possible d'obtenir toutes les réponses mais vous aurez essayé.

Exemples de questions

  • Depuis combien de temps vous occupez-vous de l'enfant?
  • A-t-il déjà eu des accidents, des maladies ou des blessures? Est-ce qu'il a reçu des vaccins ou d'autres soins? Est-ce qu'il prend des médicaments?
  • Qu'est-ce qu'il mange? Comment, combien et quand mange-t-il? Est-ce qu'il prend des produits laitiers, de la nourriture solide?
  • Est-ce qu'il a des problèmes avec certains aliments, des allergies?
  • Est-ce qu'il va souvent aux toilettes, a-t-il des problèmes à cet égard?
  • Quand et combien de temps dort-il? Est-ce que son sommeil est normal, agité, avec cauchemars?
  • Qu'est-ce qui rend l'enfant heureux; quels jouets, jeux ou chansons?
  • Qu'est-ce qui le fâche et comment le consolez-vous?
  • Que savez-vous de son histoire, comment est-il arrivé à l'orphelinat?
  • Qui lui a donné son nom, comment l'a-t-on choisi?
  • Est-ce que vous avez les coordonnées de membres de sa famille?
  • Est-ce qu'il y a quelque chose de son passage ici qu'on pourrait conserver?
Vous trouverez dans l'encadré ci-contre des exemples de questions à poser aux personnes qui ont pris soin de votre enfant. Ce sont bien sûr des questions que vous pourriez poser dans un cas idéal. Vous n'aurez sans doute pas l'occasion ni le temps de tout demander alors choisissez ce qui vous semble plus important et demandez-le en premier.

Essayez d'en savoir le plus possible sur son histoire médicale. Cette information peut être précieuse plus tard. Certains renseignements peuvent être indiqués dans des documents mais des personnes peuvent en savoir davantage, par exemple une infirmière ou un médecin qui visite l'orphelinat. Consultez notre page sur la santé de l'enfant pour plus de détails sur les principales questions d'intérêt médical qui aideront votre pédiatre à évaluer la santé de votre enfant à votre retour.

Par ailleurs, acceptez de répondre à des questions à votre sujet. Vos hôtes voudront sans doute savoir d'où vous venez, pourquoi vous avez choisi d'adopter dans leur pays, si vous avez d'autres enfants, etc.

  

Adapté du livre «Adopter un enfant à l'étranger», de Gilles Dumoulin, Éditions Québécor, Montréal, 1992, 186 pages.
Tiré en partie du livre «The international adoption handbook, How to make foreign adoption work for you», par Myra Alperson, Henry Holt and company, New York, 1997, 181 pages.
  Rédaction: Gilles Breton



Courriel
Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page


©  Copyright 1997 Gilles Breton Tous droits réservés.
URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/voyage/voysejour.html