Le voyage à l'étranger
ramener l'enfant chez soi


Quelques conseils généraux sur le voyage de retour 1


    Avant tout, pensez à ce que vous et votre enfant soyez bien reposés pour entreprendre le voyage de retour. Cela semble évident mais dans l'excitation du moment, on peut facilement l'oublier. Par ailleurs, ne vous inquiétez pas trop du voyage de retour. Vous pourrez sans doute compter assez facilement sur l'aide des autres passagers et du personnel de l'avion. En général, les gens sont prêts à aider lorsqu'il s'agit de prendre soin d'un enfant.

Le voyage de retour est un événement important pour l'enfant. S'il est assez vieux pour en comprendre toute la portée, il pourra être inquiet ou triste et vous devez lui apporter tout le support possible. S'il est plus jeune et qu'il vous a été confié depuis peu, le voyage de retour est une occasion de créer les premiers liens en le rassurant sur tout ce qui se passe. Mettez-vous à sa place, prendre l'avion n'est certainement pas dans ses habitudes.

Si l'enfant est en âge de parler et que vous ne comprenez pas la langue, vous pouvez toujours tenter de dire quelques mots avec l'aide d'un petit dictionnaire. Mais, à moins que vous ne soyez très doué pour les langues, il sera sans doute plus efficace de demander l'aide de l'un des passagers plutôt que d'essayer de deviner ce que dit l'enfant.

Il est possible aussi que vous serviez d'escorte pour ramener un ou des enfants pour d'autres couples n'ayant pas fait le voyage. Idéalement, vous devriez le savoir assez tôt et, en fonction des âges des enfants, vous pourrez penser à apporter quelques jouets ou des livres pour les occuper un peu.

Pour prendre soin du ou des enfants durant le voyage, vérifiez avant de partir votre trousse de voyage ainsi que votre trousse santé et essayez d'acheter ce qui pourrait manquer. En particulier, pensez aux couches et aux biberons. Il est important que les enfants boivent bien durant le voyage, l'avion pouvant provoquer une déshydratation. Également, vous pouvez donner une sucette aux enfants, surtout durant la descente de l'avion, pour contrer les effets de l'altitude sur leurs petites oreilles.

Haut de la page



L'arrivée à l'aéroport 1


    Votre arrivée à l'aéroport sera certainement l'un des moments les plus heureux de votre projet d'adoption. C'est une impression unique, où s'entremêlent plusieurs sentiments: soulagement, joie, énervement, inquiétude, etc. En arrivant, vous devrez d'abord passer aux douanes afin de remplir les procédures habituelles. De plus, vous devrez aussi rencontrer un agent d'immigration. Il examinera tous vos papiers et il vous donnera une «fiche relative au droit d'établissement» (IMM-1000). C'est un document très important qui sera nécessaire pour obtenir la citoyenneté canadienne et la carte d'assurance-maladie de l'enfant.

Ensuite, vous pourrez allez rejoindre votre famille, de l'autre côté des barrières, comme on dit. Les avis sont partagés sur l'opportunité de la présence des membres de la famille. Certains pensent qu'il peut être perturbant pour l'enfant de se retrouver dans les bras de plusieurs personnes. D'autres pensent que cela contribue à créer les premiers liens. Possiblement que la solution se trouve dans le juste milieu: la présence de quelques personnes de votre famille proche vous réjouira et elle peut aussi rassurer l'enfant si l'amour est au rendez-vous.

Les premières émotions passées, vous devez penser d'abord à la santé de l'enfant. Il est probablement épuisé, il a peut-être faim et soif. Et puis, il peut très bien être porteur de maladies, plus ou moins graves. La plupart des enfants arrivent avec au moins des petits problèmes de santé. Il vous faut donc évaluer la nécessité d'aller directement à l'hôpital avec l'enfant. D'une part, cela pourrait le perturber, d'autre part, s'il est malade, il peut avoir besoin de soins immédiats. La décision n'est pas facile, surtout s'il n'y a pas de médecin sur place. Essayez d'évaluer l'état de l'enfant de votre mieux, c'est à cela que sert un parent. De toute façon, vous avez certainement prévu un rendez-vous chez le médecin le plus tôt possible après votre arrivée.


Haut de la page



Quoi rapporter 2


    Bien sûr, il ne sert à rien de s'encombrer de bagages inutiles et il faut se méfier des pièges à touristes. Cependant, ce voyage peut être la seule occasion de trouver certaines choses relatives à la culture d'origine de votre enfant. Par exemple, vous pouvez ramener quelques jouets, des livres d'enfants et d'autres souvenirs faisant partie de sa culture qui rappelleront à votre enfant d'où il vient et quand on vous l'a confié. Pensez aussi à vos autres enfants le cas échéant.

Vous pourriez aussi rapporter des vêtements d'enfants de son pays d'origine et même des vêtements pour vous-même. De même, vous pourriez ramener des cassettes de musique ou des cassettes vidéo. Vous pouvez aussi acheter un journal local comme souvenir du jour où vous avez rencontré votre enfant. Vous pouvez aussi trouver un bracelet ou un autre objet avec le nom de votre enfant dans sa langue natale. Et bien sûr ramenez des photos et d'autres souvenirs de sa ville natale.
Haut de la page



Autres conseils pour le voyage de retour 1


    Renseignez-vous avant de partir sur les exigences de la douane avant de partir à l'étranger. Vous devez avoir des preuves d'achat pour vos articles de valeur (caméras, bijoux, montres, etc.) pour ne pas payer de frais de douanes en revenant au pays. Vous pouvez aussi envoyer par la poste à votre domicile certains petits articles pour éviter de vous encombrer; renseignez-vous toutefois pour que l'envoi soit assuré.

Renseignez-vous bien avant de ramener des animaux ou des plantes car des procédures spéciales peuvent s'appliquer. De même, faites attention à ce que vos achats ne comprennent pas de produits fabriqués avec de l'ivoire (éléphant, rhinocéros, morse), des peaux de serpent ou de crocodile, des tortues de mer ou d'autres dérivés d'animaux faisant partie d'espèces en danger d'extinction. Assurez-vous à l'avance que vos souvenirs peuvent être importés au pays. Le Canada exerce un contrôle très sévère sur l'importation d'animaux ou de plantes pour des raisons sanitaires (parasites, microbes, maladies, etc.).


  

En partie tiré du livre «Adopter un enfant à l'étranger» de Gilles Dumoulin, Éditions Québecor, Montréal, 1992, pages 66-67.
Adapté du livre: «The international adoption handbook, How to Make Foreign Adoption Work for You», de Myra Alperson, Henry Holt and company inc., 1997, 181 pages.
Rédaction: Gilles Breton



Courriel
Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page


©  Copyright 1997 Gilles Breton Tous droits réservés.
URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/voyage/voyramener.html