L'adoption et les vaccins 1


    Souvent, les enfants adoptés à l'étranger nous arrivent sans histoire vaccinale. À ce moment, la conduite est simple: nous devons supposer que l'enfant n'a reçu aucun vaccin et procéder à la vaccination selon le calendrier habituel ou en accéléré, si l'enfant est plus âgé. Un enfant de 18 mois peut recevoir plusieurs vaccins sans problème, sauf celui de reconnaître et de détester la personne qui lui fait l'injection... De plus, il n'y a aucun danger à vacciner une deuxième fois un enfant, cela agit comme un rappel et augmente l'immunité (la quantité d'anticorps, donc la protection de l'enfant).

Les inconvénients les plus fréquents sont les douleurs musculaires au site d'injection et une légère fièvre. Quelques fois, l'enfant peut même refuser de marcher pour un ou deux jours. Pour diminuer les effets secondaires mineurs, un peu d'acétaminophène (Tempra, Abénol...) avant ou après l'injection, des bains d'eau tiède et la conviction que c'est pour son bien!!

Précisons aussi que certains vaccins sont connus pour ne donner qu'une protection partielle, c'est-à-dire que l'enfant n'a pas suffisamment d'anticorps, comme c'est le cas de la coqueluche. Il est connu que ce vaccin n'offre une protection adéquate que chez 70 % des enfants vaccinés.

Norma Desrocher

SOURCE:

  1. Adapté d'un texte de Norma Desrocher, médecin, publié dans le journal Monarque de l'association des Parents pour l'adoption internationale en janvier 1994.


Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page

©  Copyright 1997- Gilles Breton Tous droits réservés.

URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/sante/santevaccins.html