La visite médicale post-adoption

  1. Le contexte pour le clinicien
  2. L'éthique sous surveillance
  3. Des familles composites
  4. Les déterminants de la santé
  5. L'examen médical pré-adoption
  6. La consultation post-adoption
  7. Un suivi multidisciplinaire

Un suivi multidisciplinaire adapté1

L’adoption est également étroitement liée à une intervention médicale s'assurant de la bonne prise en charge de l'enfant et de son adéquation avec sa parenté. La tâche est toute particulière quand l'on identifie chez l'enfant nouvellement arrivé la présence d'un handicap, d'une maladie chronique ou d'un trouble de comportement qui peut modifier substantiellement l'attachement parents-enfant et l'intégration de tout un chacun dans la société d'accueil.

«Au-delà du développement psychomoteur, l'adaptation sociale de ces enfants est souvent étonnante, mais elle n’est pas exempte de son lot de troubles comportementaux ou encore d'expériences racistes plus ou moins bien verbalisées.»
Le deuil de l'enfant idéalisé, blond aux yeux bleus, et surtout en bonne santé, est capable à lui seul de faire éclater une famille et même de conduire certains nouveaux adoptants, incapables de se voir comme soignants et incorrectement évalués dans leurs compétences, à redonner leur enfant malade au réseau des services sociaux locaux.

Voilà un circuit pénible, d'autant plus qu'une évaluation mieux adaptée des adoptants et des adoptés aurait plus assurément permis de prévoir ce genre de cul-de-sac construit de toutes pièces.

Toujours en ce qui concerne les perceptions parentales, le besoin que l'enfant performe et soit parfait peut aussi occasionner des frictions et des tensions au sein de la famille et de l'entourage.

Les croyances, qu'elles soient reliées à la santé ou à tout autre domaine, sont un élément clé à la base de toute intervention. Chaque famille, chaque individu et chaque professionnel ont développé leurs propres croyances bien déterminées sur certains sujets, lesquelles auront un impact décisif sur la façon dont ils assimileront l'enseignement et accepteront les croyances des autres intervenants sur un même sujet. 29,64

Parallèlement à ces réalités, la prise en charge d'un enfant malade venu de l'étranger sera d'autant plus complexe que les services post-adoption sont très peu disponibles au Québec. Des parents qui se retrouvent avec un enfant handicapé neurologiquement ou tout simplement en retard sur le plan psycho-développemental auront à faire de multiples démarches pour accéder à un centre de stimulation ou à des services d’ergothérapie, de physiothérapie ou d'orthophonie, à moins bien sûr qu’ils en assument les coûts eux mêmes.

Également, comme la carte d'assurance-maladie de l'enfant ne leur est remise que plusieurs mois après son arrivée, les parents devront payer la majorité des consultations normalement prises en charge par la Régie de l'assurance-maladie et se faire rembourser par la suite.

Les changements d'âge requis pour mieux servir psychologiquement et biologiquement l'enfant seront parfois refusés ou regardés avec scepticisme par les autorités juridiques remettant en cause, et avec raison, la validité de certains papiers d'immigration, mais à un moment où le processus de filiation est devenu irréversible, dans l'intérêt indéniable de l'enfant.

Carnet
Carnet de vaccination et
documents d'immigration, en Chine.
Photo: CHU mère-enfant, Sainte-Justine
Un réseau à bâtir

Chaque famille, chaque enfant a ses besoins particuliers. Certains enfants auront besoin de services spécialisés, comme la psychologie, l'orthophonie, ou d'une évaluation dans une clinique de développement; d'autres parents auront simplement besoin d'être écoutés ou d'échanger avec d'autres sur ce qu’ils vivent.

Au-delà du développement psychomoteur, l'adaptation sociale de ces enfants est souvent étonnante, mais elle n’est pas exempte de son lot de troubles comportementaux ou encore d'expériences racistes plus ou moins bien verbalisées. Le réseau comprenant les CLSC, les services professionnels, les écoles et les associations de parents deviendra un élément indispensable pour bien servir les enfants et leur famille.

Une ouverture sur le monde

À l'image des enfants qui poussent, la pédiatrie et les soins des enfants en général ne manquent certainement pas d'idéaux, mais ils sont de fait carrément impossibles à faire fructifier sans l'ouverture au monde et à ses réalités. Enfin, quelle que soit sa nature, l'action du clinicien doit plus que jamais s'inscrire dans le respect des droits et libertés des enfants, et qui plus est, dans le respect des droits et libertés de ceux qui ont été abandonnés. L’image qu'un enfant se fabrique de lui-même n’est-elle pas le reflet du désir des autres? 65

SOURCE:

  1. Jean-François Chicoine, m.d., FRCPC, Luc Chicoine, m.d., FRCPC, et Patricia Germain, inf., B.Sc., Adoption internationale: contexte de la visite médicale post-adoption, Le Clinicien, août 1998, pages 68 à 90.
  2. Les nombreuses références de cet article se trouvent dans une autre page.



Courriel
Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page


©  Copyright 1998 J.F. Chicoine Tous droits réservés.
URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/sante/santeclini7.html