La visite médicale post-adoption

  1. Le contexte pour le clinicien
  2. L'éthique sous surveillance
  3. Des familles composites
  4. Les déterminants de la santé
  5. L'examen médical pré-adoption
  6. La consultation post-adoption
  7. Un suivi multidisciplinaire

Les déterminants de l'état de santé1


Selon les raisons de l'abandon

Les guerres civiles, la pauvreté, les famines aussi bien que le contexte politique, les lois relatives aux naissances et le niveau de reconnaissance des conventions internationales en matière de droit des enfants, enfin, tous ces déterminants élargis influencent directement l'état de santé des enfants accueillis en adoption internationale et modifient inévitablement les points particuliers à rechercher lors de l'examen clinique à l'arrivée au Canada. Ils modifient également le bilan biologique à effectuer.

Vietnam
Orphelinat à Ho Chi Minh Ville, au Vietnam.
Photo: Dr Jean-François Chicoine
Par exemple, au Vietnam, en Colombie et au Honduras, les enfants sont souvent abandonnés à cause de la très grande pauvreté des familles. 25,26 Le clinicien recherchera ainsi prioritairement des indices de malnutrition. On trouve la même problématique à Haïti, où les enfants sont souvent séparés de leur famille au delà de l'âge de 9 à 12 mois, souffrant fréquemment de kwashiordor.

Les mamans auront été forcées de constater que la privation nutritive et les maladies entériques de leur petit ne leur laissaient pas d'autre possibilité que l'adoption. Dans ce contexte, abandonner son enfant, c'est en quelque sorte lui donne une seconde chance.

Ailleurs, en Thaïlande, au Vietnam et en Inde, plusieurs orphelins sont nés de mères prostituées, ce que l'on remarque moins souvent en Chine, où l'avortement est plus facilement accessible en cas d'enfant illégitime, voire fortement encouragé même pour l'enfant légitime. 27,28

Comme on le sait, c'est la politique de l'enfant unique combinée à la condition de la femme chinoise qui expliquent les centaines de milliers d'orphelines dans l'empire du Milieu et pas ce commerce du sexe, incidemment à la hausse ailleurs en Asie du Sud-Est . 29,30 Selon la surveillance épidémiologique, le VDRL (Venereal Disease Research Laboratory) et la recherche du VIH (virus d'immunodéficience humaine) deviennent donc des examens de laboratoire relativement plus essentiels à obtenir chez un enfant arrivé de Bangkok ou de Manille que chez ceux issus de la province paysanne du Hunan en Chine.

Selon les politiques du pays d'origine

D'autres lois civiles, traditions séculaires, infrastructures ou simplement d'autres manières de faire contribuent à expliquer plus ou moins directement la condition médicale des enfants et les interrogations qui pourraient surgir à la lecture de leurs dossiers antérieurs... quand ils sont disponibles.

«La situation épidémiologique qui prévaut dans les pays d'origine sert carrément d'indicateur clinique pour l'équipe soignante qui accueille le petit.»
Le clinicien ne manquera pas d'être frappé par cette concentration d'enfants adoptés nés avec un petit poids de naissance en Corée ou à Taiwan, où les bébés fragilisés ou moribonds, sont sauvés avec la même détermination qu'au Québec grâce à la modernité des équipements en néonatalogie semblable à la nôtre, contrairement au sort qui leur est habituellement réservé dans les pays en voie de développement.

Il remarquera également une proportion plus grande de privation affective chez les enfants venus des anciennes républiques soviétiques ou de Roumanie. Cette privation est attribuable autant à leurs conditions de vie et à leur statut dans les orphelinats qu'au fait qu’ils ont une moyenne d'âge plus élevée, donc une période d'abandon plus prolongée que la moyenne des enfants venus d'Asie ou d'Amérique du Sud qui sont, pour leur part, très souvent adoptés avant l'âge d'un an.

La revue de l'expertise scientifique américaine et canadienne, notamment en Colombie-Britannique et au Manitoba, permet de constater que les souffrances affectives et les carences rencontrées à long terme ont été particulièrement prévalentes et sévères chez les enfants venus de Roumanie, surtout dans les années qui ont suivi le chute du régime Caucescu. 31-40

Dans un autre registre, le clinicien sera confondu par les nombreuses aberrations et falsifications administratives retrouvées dans les dossiers russes, ou encore par la possibilité de substitutions d'enfants en Chine ou à Haïti, où le fonctionnaire ne se sera pas donné la peine de changer la photo du petit sur le visa de sortie!

Selon l'état de santé du pays d'origine

La situation épidémiologique qui prévaut dans les pays d’origine sert carrément d'indicateur clinique pour l'équipe soignante qui accueille le petit. Les cas de malnutrition protéino-énergétique de degré divers sont fréquents en provenance d'Haïti, de Chine et de Roumanie.

Selon les saisons, les cas de rachitisme aigu sont également courants chez les enfants venant d'Asie, de Russie ou de Roumanie. 41-46 Toujours en ce qui a trait à la nutrition, des retards psychomoteurs pourront aussi s'expliquer par la déficience en iode qui sévit dans les steppes de Mongolie et de Sibérie ainsi que dans les provinces montagneuses de Chine et du Vietnam. 47

En ce qui a trait aux infections, c'est l'hépatite B qui est très répandue en Asie de l'Est et en Roumanie, puis dans une moindre mesure, en Haiti et dans les Amériques - qui va beaucoup influencer le contexte de soins en adoption. 48-50 Une série de 808 enfants chinois examinés à Sainte-justine de 1993 à 1996 nous a permis de constater que 2,2 % d'entre eux étaient porteurs chroniques d'HbSAg (antigène de surface de l'hépatite B). 51

Le VIH doit être recherché particulièrement activement chez les enfants haïtiens, roumains, thaïlandais, vietnamiens ou philippins. 52 Les provinces chinoises où s'effectuent la très grande majorité des adoptions par les agences d'adoption québécoises ont été, jusqu'à maintenant, relativement épargnées par le VIH, ce qui n'est malheureusement pas le cas dans des régions comme le Yunnan accolé au Triangle d'or et autour de certaines villes comme Guangzhou et Beijing, où le sida fait de véritables bonds en avant.

Un autre facteur important est directement tributaire de l'état de santé du pays d'origine: la fréquence de l'alcoolisme en Russie devrait automatiquement conduire le clinicien à rechercher les stigmates du syndrome alcoolo-foetal chez tous les enfants des anciennes républiques soviétiques présentant un retard staturo-pondéral, une microcéphalie, un retard psychodéveloppemental ou toute autre anomalie de circonstance telle que le dysmorphisme ou certaines caractéristiques radiologiques. 53,54

En Bosnie, au Rwanda ou au Vietnam, des enfants adoptés ont également été torturés ou souffrent de stress post-traumatique; nous en avons reçu à l'Hôpital Sainte-justine. Tout phénomène environnemental de toxicité au plomb, aux radiations, aux herbicides ou à toute autre forme de pollution atmosphérique ou de l'eau potable pourrait, comme on le sait, affecter parallèlement la santé des nourrissons.

Évidemment, des mots comme “Tchernobyl” ou “gaz orange” sont bien lourds quand il s'agit d'évaluer individuellement la santé d'un petit bébé venu de l'étranger. Le clinicien est par ailleurs en position stratégique pour faire la part des choses entre l'hypothèse élargie à considérer et la panique excessive que les réalités du monde “barbare”, 55 inspirent à notre société d'accueil.

Suite de l'article:
L'examen médical pré-adoption

SOURCE:

  1. Jean-François Chicoine, m.d., FRCPC, Luc Chicoine, m.d., FRCPC, et Patricia Germain, inf., B.Sc., Adoption internationale: contexte de la visite médicale post-adoption, Le Clinicien, août 1998, pages 68 à 90.
  2. Les nombreuses références de cet article se trouvent dans une autre page.



Courriel
Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page


©  Copyright 1998 J.F. Chicoine Tous droits réservés.
URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/sante/santeclini4.html