English

La démarche préadoption:
l'évaluation psychosociale


Pourquoi une évaluation psychosociale ?  1


    L
e Code civil du Québec prévoit que toute personne domiciliée au Québec qui veut adopter un enfant domicilié hors du Québec doit préalablement faire l'objet d'une évaluation psychosociale. L'évaluation est donc une condition imposée par la loi. L'évaluation permet aux autorités québécoises et étrangères responsables de l'adoption de s'assurer que les parents adoptants peuvent subvenir aux besoins de l'enfant. Cette évaluation psychosociale doit, de plus, être effectuée selon les critères et conditions prévus à la Loi sur la Protection de la jeunesse (L.Q., cp-34.1). Celle-ci précise que:

  • l'évaluation porte notamment sur la capacité des adoptants de répondre aux besoins physiques, psychiques et sociaux de l'enfant;

  • les critères de l'évaluation sont établis conjointement par le Directeur de la Protection de la jeunesse et les corporations professionnelles des psychologues et des travailleurs sociaux du Québec;

  • l'adoptant peut prendre connaissance des critères qui servent de base à l'évaluation;

  • l'évaluation est effectuée en règle générale par le Directeur de la Protection de la jeunesse. Toutefois, dans le cas où le jugement d'adoption doit être prononcé dans l'État d'origine, l'évaluation peut aussi être effectuée par un membre de la Corporation professionnelle des psychologues ou de celle des travailleurs sociaux du Québec choisi par l'adoptant, parmi les listes de noms fournies par ces corporations. Dans les deux cas, les évaluations sont aux frais de l'adoptant.

Précisons que, en conformité avec leur législation, la majorité des États étrangers, pour ne pas dire tous, exigent que le dossier de l'adoptant qui leur est présenté comprenne un document les informant de la situation psychosociale de l'adoptant (étude de foyer).

Voici qui peut faire l'évaluation psychosociale selon les pays

Évaluation doit être faite par le Centre Jeunesse

Arménie

Jamaïque

Azerbaïdjan

Lituanie

Bélarus

Madagascar

Bolivie

Mexique

Brésil

Moldavie

Bulgarie

Mongolie

Burundi

Philippines

Cambodge

Pologne

Canada

République slovaque

Chine

Roumanie

Colombie

Russie

Corée du Sud

Sri Lanka

États-Unis

Taiwan

Géorgie

Thaïlande

Hongrie

Ukraine

Ile-Maurice

Viêt Nam

Inde

Évaluation peut être faite par un(e) psychologue ou un(e) travailleur social

Bénin

Hong Kong

Cameroun

Liban

Éthiopie

République démocratique du Congo

Haïti

St-Vincent et Grenadines

Honduras

 

Source: Secrétariat à l'adoption international,
Responsable de l’évaluation psychosociale selon les pays d’origine, 1er février 2006


Haut de la page

Choix de l'évaluateur: psychologue ou travailleur social 2


    U
ne fois que vous avez complété votre réflexion préparatoire, que vous avez choisi un pays, que vous vous êtes assurés de répondre à ses exigences, que vous avez évalué le coût de votre projet, bref que votre démarche préadoption est complétée, vous pouvez passer à l'étape de l'évaluation psychosociale.

Comme mentionné plus haut, le choix de votre évaluateur dépend du pays choisi. Il y a ainsi trois possibilités principales:

  1. Si le jugement d'adoption n'est pas prononcé dans le pays d'origine de l'enfant, vous devez vous adresser au Centre jeunesse de votre région pour la désignation d'un professionnel affecté à votre évaluation psychosociale.

  2. Si le jugement d'adoption est prononcé dans le pays d'origine de l'enfant, vous avez la possibilité de vous faire évaluer par un professionnel de votre choix, membre de l'Ordre professionnel des travailleurs sociaux du Québec ou de l'Ordre des psychologues du Québec. Ces deux ordres peuvent vous fournir la liste des professionnels oeuvrant dans votre région.

  3. Peu importe que le jugement soit rendu ou non dans le pays d'origine de l'enfant, certains pays désirent que l'évaluation soit effectuée par un organisme gouvernemental, en l'occurrence, les Centres jeunesse.

Notez que, dans un même pays, il peut y avoir des cas où un jugement d'adoption est prononcé et d'autres cas où il n'y a pas de jugement; mais il s'agit de cas particuliers. Après avoir été évalué, si vous décidez de changer de pays et que votre choix correspond à l'option a) au lieu de b), vous devez communiquer avec le Centre jeunesse de votre région. Selon les exigences du nouveau pays, ceux-ci jugeront de la pertinence d'effectuer un complément d'évaluation, ce qui pourrait entraîner des coûts.

Le coût de l'évaluation dépendra de l'évaluateur et du nombre de rencontres dont il aura besoin, ce qui peut dépendre de la complexité relative de votre cas. L'ordre de grandeur du coût de l'évaluation psychosociale est de 500$Can. Haut de la page

Critères de base de l'évaluation psychosociale  2


    Voici les critères de base qui servent à l'évaluation psychosociale des projets d'adoption internationale au Québec. Ils ont été préparés par l'Ordre des psychologues du Québec, l'Ordre professionnel des travailleurs sociaux du Québec et les directeurs de la Protection de la jeunesse. Une autre page vous offre une explication des principaux critères de cette liste, vous y accédez par le bouton sous le tableau.

1. Présentation de la demande
2. Clarification du mandat de l'évaluateur
3. Motivation du projet
4. Situation socio-économique et culturelle
5. Histoire personnelle de chacun des conjoints
6. Relation conjugale
7. Relations parents-enfants, s'il y a lieu
8. Aptitudes parentales pour l'adoption
9. Aptitudes parentales particulières pour l'adoption internationale
10. Impact de l'actualisation du projet d'adoption
11. Conclusion et recommandation
 
a) Synthèse et opinion professionnelle
b) Recommandation spécifique du projet évalué

Explications des critères

À lire aussi le guide officiel du SAI:
L'évaluation psychosociale en adoption internationale - Guide explicatif

Haut de la page

Survivre à l'évaluation psychosociale


    P
ersonne n'aime vraiment être évalué, surtout en ce qui concerne des aspects aussi personnels de sa vie que ses relations conjugales et ses aptitudes parentales.

Il est normal à prime abord d'être contrarié par cette évaluation pour devenir parents adoptifs alors que personne n'aurait l'idée d'exiger la même chose des gens qui veulent faire des bébés... Et pourtant, certains futurs parents de naissance pourraient en profiter.

Une fois cette première réaction, on en vient à se dire que c'est seulement une autre étape dans un processus long et complexe. On peut même se dire que c'est une formalité. Erreur.

En premier lieu, il faut réaliser que l'adoption internationale est un geste, ma foi, international. Elle engage non seulement vous-mêmes, mais aussi les autorités bureaucratiques et juridiques de deux pays et, surtout, elle concerne le sort d'un enfant qui vit dans une autre culture à des milliers de kilomètres. C'est la moindre des choses que l'adoption puisse lui garantir de meilleures conditions de vie que dans son pays d'origine, et non le contraire.

Ensuite, vous avez pris le temps de bien vous préparer. Vous avez lu les pages de ce site consacrées à la démarche préadoption et vous avez mûrement réfléchi à votre projet 3. Vous avez pensé à toutes les questions que l'évaluateur pourrait vous poser. Pourquoi voulez vous adopter? Êtes-vous triste d'être infertile? Pourquoi ce pays-là? Y a-t-il des personnes de couleur ou d'autres origines ethniques dans votre famille? Etc. Etc. Peu importe la question, vous êtes prêt.

Enfin, dans les circonstances, votre désir d'avoir un enfant est plus fort que le malaise de se soumettre au regard inquisiteur d'un expert en «étude de foyer». Au fond, il vaut mieux en venir à la conclusion que l'évaluation psychosociale est une bonne occasion de valider votre choix et de resserrer encore plus les liens de votre couple de façon à réussir votre projet d'adoption.

Ah oui! Si vous pensez à devoir tricher ou à cacher des choses pour obtenir une évaluation favorable, pensez-y à deux fois. D'abord, c'est à vous-mêmes que vous mentiriez. Si des raisons s'opposent à votre projet au point que vous jugiez qu'il faut les cacher, c'est que vous avez conclu que votre projet peut être remis en question. Ensuite, les professionnels qui font ces évaluations ont pris de l'expérience depuis quelques années; ils vont lire dans votre jeu. Enfin, au moment de mentir ou de déformer la réalité, pensez à l'enfant dont vous rêvez: lui mentiriez-vous aussi?



Gilles Breton

Notes:

  1. Bulletin d'information du secrétariat à l'adoption internationale, Montréal, avril 1994, vol.2, no 3, page 6.
  2. L'évaluation psychosociale, aide-mémoire à l'intention des parents en adoption internationale, préparé par le Secrétariat à l'adoption internationale et adopté par le comité de coordination en adoption du Québec, Octobre 1996.
  3. Prenez le temps de lire les pages «Une réflexion s'impose» et «Mythes et réalités». Vous n'y trouverez pas nécessairement mot à mot les questions que vous aurez à répondre mais les thèmes couverts sont parmi ceux qui sont abordés par les évaluateurs.


Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page

©  Copyright 1997- Gilles Breton Tous droits réservés.

Date de publication: 2 décembre 1997
URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/preadopt/psycho.html