La démarche pré-adoption:
De l'infertilité à l'option adoption

    Il y a des couples qui ont des enfants et des couples qui essaient d’avoir des enfants. Quand un couple décide de consulter un spécialiste dans une clinique de fertilité, il arrive très souvent qu’un dénouement heureux survienne dans un court laps de temps. C’est évidemment le souhait de tous les couples qui ont choisi cette option. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Les traitements peuvent s’étirer sur plusieurs années sans qu’on puisse pouvoir véritablement définir la raison de leur insuccès. Le rêve de fonder une famille se transforme rapidement en une grande source de stress et d’angoisse à l’intérieur du couple.

Avoir un enfant n’est plus un souhait ni un rêve,

C’EST DEVENU UNE OBSESSION.

Comme cette situation est très difficile à vivre pour chacun des conjoints, ceux-ci - plus souvent la femme - cherchent des personnes qui les écouteront et qui les aideront à surmonter cette épreuve. Une telle situation crée de l’isolement, d’autant plus quand plein d’amis ont ou ont eu des enfants sur commande. Un sentiment d’injustice s’installe.

Si les cliniques de fertilité peuvent d’une part aider plusieurs couples vivant des problèmes d’infertilité, elles n’offrent pas toujours d’autre part le soutien psychologique nécessaire. Elles donnent des références de psychologues spécialisés dans les questions d’infertilité (non couvert par les services de santé mais par les régimes d’assurance privés) mais ne pensent pas toujours à offrir de l’information concernant les groupes de soutien pour les couples vivant des problèmes d’infertilité.

Dans bien des cas, il y a un trop plein émotif et un sentiment de culpabilité et d’échec. C’est alors qu’un urgent besoin de parler, de se confier à des proches et à des amis se fait sentir. On croit spontanément et logiquement que ces derniers seront en mesure d’offrir l’attention et l’empathie nécessaire. Erreur. Ce n’est pas toujours le cas. Selon le stage où se situe le couple, les commentaires peuvent osciller entre : "Ne t’en fais pas, ce n’est probablement pas toi qui as le problème mais ton mari (ou vice-versa). Ne t’énerve pas, ce n’est qu’une question de temps. " Ou encore dans la possibilité d’un don d’œuf : "Ne fais pas ça ! Accepte donc le destin de ne pas avoir d’enfant. Ta donneuse va le regretter. Avoir des enfants ce n’est pas toujours une partie de plaisir."

Ces réactions, ces commentaires imprégnés de jugement de valeurs sont inutiles et démontrent de l’incompréhension et de peu de sensibilité. C’est pourquoi il est préférable dans certains cas de se tourner vers les groupes de soutien ou vers des couples ayant vécu la même situation afin de trouver une oreille plus réceptive et une forme de réconfort.

Cette démarche et ce cheminement sont les mêmes dans le cas d’une possibilité d’adoption. Une fois que le deuil de ne pas avoir d’enfant biologique est assumé et qu’on envisage la possibilité d’adopter un enfant, il faut lire et s’informer sur la question et rencontrer un couple qui a vécu la même situation et qui a passé à travers la même gamme d’émotion. Si dans le couple c’est la femme qui est infertile, il est donc à conseiller de rencontrer un couple où c’est la femme qui a dû vivre cet échec personnel et l’inverse quand c’est l’homme. Le cheminement est fort différent dans un cas comme dans l’autre.

Le témoignage, l’empathie et l’appui de personnes et de couples ayant vécu la même situation est une ressource importante qui outille mais encore plus motive et donne de l’espoir. Malgré ce que l’on peut penser quand on vit cette situation, on n’est jamais seul et il faut aller vers les ressources du milieu disponibles. C’est souvent grâce à elles que l’on veut continuer les traitements ou décider d’adopter.

 

Sur le même sujet dans ce site:
Mythes et réalités de l'infertilité
Le drame de l'infertilité

Christine Bordeleau

Source: Fleurs du monde, journal de l'association de parents adoptants «Familles au coeur québécois», Hiver 1999.

Voici quelques adresses et sites Internet qui peuvent vous intéresser:

  • www.infertility.ca
  • www.cdnfertility.com/fertility
  • www.demeter.qc.ca (Association pour les couples souffrant d’infertilité ou pour les personnes souffrant d’endométriose) avec liens intéressants
  • Association canadienne de sensibilisation à l’infertilité, inc. (ACSI)
    210-396, rue Cooper
    Ottawa, Ontario
    K2P 2H7
    Téléphone: (613) 234-8585, 1-800-263-2929
    Télécopieur: (613) 234-7718
    Courrier électronique: [email protected]
    (Association qui fournit de l’aide et du soutien aux personnes aux prises avec des problèmes d’infertilité)



Courriel
Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page



©  Copyright 2001 Gilles Breton Tous droits réservés.
Date de publication Internet: 23 janvier 2001

URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/preadopt/infertilite2.html