La démarche préadoption:
choisir un pays d'origine


    Le choix du pays dans lequel on voudrait adopter un enfant est une étape importante de tout projet d'adoption. Beaucoup de parents en début de processus, ne sachant pas comment faire ce choix, commencent à rassembler des informations au hasard. Pourtant, en choisissant un pays, on limite considérablement les démarches. Alors, c'est la poule ou l'oeuf?

Pour vous aider à faire votre choix, voici une liste des facteurs de décision, sans ordre particulier, que vous pouvez considérer:

  • les exigences des pays, exigences auxquelles vous correspondez plus ou moins;
  • la durée du processus;
  • les coûts d'adoption;
  • votre intention de faire une adoption privée;
  • votre préférence a priori pour un organisme agréé particulier;
  • votre affinité avec la culture d'un pays;
  • les risques relatifs quant à la santé des enfants admissibles à l'adoption;
  • les perceptions de votre famille ou de votre milieu à l'égard des familles transraciales;
  • l'opinion d'autres parents ayant réalisé une adoption dans tel ou tel pays;
  • votre degré de confiance et vos sentiments par rapport à l'adoption d'un enfant d'une ethnie différente de la vôtre.

En premier lieu, consultez les exigences minimales des différents pays. D'abord, il y a votre âge et celui de votre conjoint, le cas échéant. Les pays exigent généralement un âge minimal (18 à 35 ans) et peuvent demander en plus que vous ayez au moins 15 ans de plus de que l'enfant et/ou un âge maximal quelconque. Dans certains cas, des pays ont accepté que des adoptions soient faites sans que ces conditions soient respectées lorsque l'intérêt supérieur de l'enfant était en jeu.

Ensuite, la plupart des pays exigent, plus ou moins strictement, que vous soyez mariés en bonne et due forme et certains pays demandent en plus que ce soit le cas depuis un nombre minimal d'années. En même temps, les pays peuvent permettre l'adoption par des personnes célibataires mais cela peut être plus difficile ou encore l'adoption est limitée à des enfants plus âgés. En général, les unions de fait ne sont pas acceptées.

De plus, une minorité de pays exigent un certificat d'infertilité mais plusieurs ne fixent pas de condition à ce sujet. Dans la plupart des pays, l'adoption est possible si vous avez déjà des enfants mais il peut exister une limite quant au nombre d'enfants dans votre famille. Ou encore, le pays peut préférer les couples sans enfants. Enfin, la plupart des pays exigent que vous vous rendiez sur place; le processus d'adoption peut même demander deux voyages dans certains pays.

Après avoir consulté le tableau de leurs exigences, vous devriez avoir restreint votre choix à quelques pays. Ensuite, la plupart des gens prennent en compte la durée du processus d'adoption; en général, on ne veut pas que ce soit trop long. Cependant, il vaut mieux ne pas être trop pressé. Il est préférable d'avoir d'abord complété sa préparation, notamment en ayant parcouru et surtout réfléchi à toutes les questions soulevées dans les pages «une réflexion s'impose» et «mythes et réalités» de la section préadoption.

En pratique, il est difficile de savoir exactement combien de temps cela prendra. L'adoption peut être très rapide dans un pays mais il peut survenir un problème à tout moment et vous attendrez de longs mois de plus que prévu. Pour avoir une idée des durées possibles, on s'informe auprès des organismes agréés et également auprès d'autres parents qu'on peut rejoindre en faisant partie d'une association de parents.

Il en va de même du facteur coût. On aimerait bien que ce critère n'intervienne pas mais c'est la réalité: les coûts d'adoption varient d'un pays à l'autre. Ils varient aussi selon les familles, par exemple parce que les coûts de traduction sont plus élevés selon la complexité du dossier de chacun. Bien qu'il soit maintenant plus facile de faire un emprunt pour réaliser un projet d'adoption, il faut néanmoins que celui-ci demeure dans les limites de vos moyens. On peut se renseigner de la même façon que pour la durée du processus; le tableaux des exigences du SAI des pays contient aussi un ordre de grandeur des coûts.

Si voulez compléter votre adoption vous-même, votre choix de pays est limité à ceux qui acceptent l'adoption privée. Par ailleurs, vous pouvez aussi choisir un pays en fonction de la réputation de tel ou tel organisme ou encore parce que vous connaissez personnellement certains de ses bénévoles ou de son personnel. Ce facteur est toutefois bien relatif parce fondé sur des éléments susceptibles de changer. De plus, ce n'est pas un organisme que vous adoptez mais un enfant; le degré de confiance pour un organisme est un critère parmi d'autres.

Certaines personnes ont aussi à priori des affinités très fortes pour un pays quelconque. Ceci est un facteur valable dans la mesure où votre attrait pour cette culture vous disposera favorablement à en transmettre certains éléments à l'enfant adopté. Par contre, il ne faut probablement pas bâtir un projet d'adoption sur une simple attirance pour l'exotisme de tel ou tel pays. Ce n'est pas le pays qu'on adopte mais un enfant. Et celui-ci ne sera pas chinois, ou roumain ou brésilien. Il sera un enfant d'ici, originaire d'un autre pays, ce qui n'a rien à voir avec l'exotisme.

Le facteur santé des enfants n'est pas facile à prendre en compte mais il est pertinent. Il n'y a aucune certitude, dans quelque pays que ce soit, que l'enfant qu'on adoptera sera absolument en parfaite santé. Par ailleurs, certaines maladies sont plus fréquentes dans certaines régions du monde. Consultez nos pages sur la santé de l'enfant pour commencer à vous faire une opinion.

Également, on peut prendre en compte les perceptions de la famille actuelle, les enfants, les parents et possiblement les amis. Certaines personnes ont adopté en dépit de l'opposition de leurs parents mais il est évident que cela est plus difficile au plan psychologique. De même, le milieu où on habite peut être plus ou moins réceptif envers les personnes d'ethnies diverses. De toute façon, l'accueil variera selon les milieux et les personnes et il faudra toujours donner à l'enfant la force, la confiance et les ressources nécessaires pour se développer, peut importe les conditions extérieures auxquelles il aura à faire face.

Finalement, et surtout, le choix du pays dépend de vous-même. Vous devez évaluer sincèrement votre degré de confiance envers l'adoption d'un enfant dit «de couleur». Vous devez savoir pourquoi vous voulez absolument un enfant dit «blanc». Pour vous aider dans votre réflexion, complétez le questionnaire que nous vous offrons sur les mythes et réalités de l'adoption internationale.

Gilles Breton


Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page


©  Copyright 1997- Gilles Breton Tous droits réservés.

Date de publication: 2 décembre 1997
URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/preadopt/choix.html