English

La démarche pré-adoption:
Adopter quand on est déjà parent biologique.



    Il peut exister plusieurs raisons pour penser à l’adoption maintenant. Peut-être une première grossesse s’est elle bien déroulée, mais la deuxième ne se survient pas si facilement. Peut-être la première fois a-t-elle été, au contraire, très difficile et vous ne voulez surtout pas revivre l’expérience. Peut-être vous sentez-vous une âme généreuse et préférez offrir une famille à un enfant déjà sur cette planète ou encore vous êtes d’une famille nombreuse et la vie ne vous a permis d’avoir qu’un ou deux enfants.

Quelques soient vos raisons, il faut considérer plusieurs facteurs additionnels. Quelques-uns des points de repères mentionnés ci-dessous sont extraits de l’article “Completing the dream” de Joan Rabinor, publié dans le journal de l'organisation Resolve de la région métropolitaine de Washington.

  • Peut-on avoir des liens affectifs aussi forts avec un enfant adopté qu’avec votre enfant biologique?
  • Vous avez déjà un superbe enfant, alors pourquoi adopter? (C’est peut-être ce que votre attitude ou celle de quelqu’un d’autre, mais qu'en pensez-vous?)
  • Est-ce qu'une famille élargie sera bénéfique pour votre enfant biologique?
  • Jusqu’à quel point accepterez-vous des différences entre les membres de votre famille en terme ethniques, physiques, de besoins particuliers et d'habiletés héréditaires?
  • Comment ces différences affecteront votre enfant biologique?
  • Si vous adoptez, renoncez-vous à toute grossesse?
  • Pouvez-vous considérer sérieusement l’adoption et en même temps tenter de devenir enceinte?
  • Pouvez-vous considérer l'adoption tout en tentant encore de devenir enceinte?
  • Croirez-vous toujours que vous auriez dû essayer de devenir enceinte un peu plus longtemps?
  • Comment et jusqu’à quel point devrait-on faire participer son enfant biologique dans le processus d’adoption?

La première question, à propos des liens affectifs, est très importante et votre réponse ne peut être que oui. Par contre, les liens ne se créent pas de façon instantanée; on doit y travailler, particulièrement si vous adoptez un enfant relativement âgé qui présente des difficultés de comportements ou qui se révèle une personne très différente de vous. Même avec un bébé, les liens affectifs peuvent prendre quelques temps à s'établir.

Votre enfant biologique sera à l’affût du moindre de vos gestes et de chaque paroles, notamment lorsque vous parlerez des ajustements que font l’un ou l’autre des membres de votre famille. Vous devrez être un modèle exemplaire d’acceptation, d’amour et d’inclusion si vous voulez que votre enfant biologique ressente aussi ces sentiments.

La dernière question elle aussi a son importance. En général, quand un couple désire avoir un autre enfant, elle ne partage pas cette information avec les enfants plus âgés et ne demande pas leur approbation. Intuitivement, les parents savent déjà ce que leur enfant pense de l’arrivée d’un frère ou d’une soeur. C'est un sujet qui a été abordé lorsqu'il a observé des amis ou des parents dont la famille grandissait. Si vous ne savez pas ce que ressent votre enfant à ce propos, vous devriez commencer à lui en parler.

Dans le cas d’une adoption, il est très difficile de ne pas partager les différentes étapes du processus avec vos enfants. Après tout un travailleur social vient chez-vous et pose mille et une questions (à vos enfants aussi), il y a une tonne de papier à remplir, il y a possiblement un voyage à l’étranger et même parfois une rencontre avec des gens appelés parents biologiques et il y a une période où on ne sait pas si un enfant viendra ou non s'ajouter à la famille. Un enfant ne peut être indifférent à tout ce brouhaha alors vous devez en parler avec lui.

Lors de l'évaluation psychosociale, on voudra savoir ce que vous faites pour préparer l'arrivée du nouvel enfant et si vous avez pensé aux conflits qui pourraient survenir entre les frères et soeurs. Plus votre enfant participera au processus, le mieux il ou elle sera en mesure d’accueillir tous ces changements dans sa vie.

Les réponses aux autres questions seront spécifiques et correspondront à votre situation particulière; elles dépendront du rêve que vous cherchez à accomplir. Vous souvenez-vous de l'importance pour vous d'un frère plus âgé et essayez-vous de recréer cette relation pour votre enfant? L'adoption peut accomplir cela, si vous travaillez pour créer une vie de famille qui encourage la coopération et qui respecte la valeur intrinsèque et unique de chaque enfant, sans tenir compte de la façon dont ils sont arrivés dans la famille ou les talents et les besoins spéciaux de chacun.

Si vos ambitions sont de perpétuer une tradition familiale dont vous avez hérité, athlètes aguerris, rendement scolaire élevé, etc., cela ne se produira peut-être pas grâce à l'adoption. Si vous avez des rêves de cette sorte, il serait bon de prendre du recul et de réévaluer votre projet. Il n'est pas juste d'avoir des attentes exagérées envers un enfant qui peut avoir des habiletés totalement différentes, en raison de la génétique, de son environnement prénatal, de ses expériences dans la petite enfance ou d'une combinaison de ces facteurs.

SOURCE:

  1. Adapté à partir de la traduction parue dans le journal La Cigogne, Automne 1998, Fédération des parents adoptants du Québec. Texte original: Thinking About Adoption When You Have a Birth Child, National Adoption Information Clearinghouse.



Courriel
Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page


©  Copyright Gilles Breton Tous droits réservés.
Date de publication: février 1998
URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/preadopt/biol.html