Les enfants victimes de violences

Quand nos enfants ont été victimes de violences

Avant d’agrandir notre famille, nos enfants ont vécu une histoire qui peut être très douloureuse. Tous ont subi au moins une rupture, la séparation d’avec leur mère de naissance, ce qui en soi constitue une violence grave. Au delà, certains enfants ont été victimes:

  • de délaissement
  • de ruptures répétées
  • de mauvais traitements
  • d’abus sexuels

Par ailleurs, avec l’ouverture de l’adoption dite « internationale », des enfants ayant séjourné dans un environnement hostile, orphelinats déshérités, famine, guerre, sont devenus nos enfants.

« Nos enfants ont quasiment tous été, à un moment ou à un autre de leur existence, «institutionnalisés» et donc soumis au risque d’une certaine maltraitance. »

Comment le quotidien est-il vécu par leur famille d’adoption, faut-il leur proposer des familles spécifiques ? Et, dans ce cas, quels seraient les critères à retenir ?

Comment les parents sont-ils préparés à accompagner ces enfants ? Une préparation particulière serait-elle nécessaire ?

Quel est le devenir des enfants ? Serait-il ancré à leur vécu d’avant l’adoption ? Comment ces enfants, qui cumulent des histoires difficiles, peuvent-ils reconstruire - ou tout simplement construire - des liens affectifs solides, acquérir une bonne estime d’eux-mêmes, gage de leur épanouissement ?

Nous souhaitons ouvrir une réflexion sur ce thème. Notre objectif est de mieux comprendre pour mieux accompagner les familles qui nous sollicitent. Il s’agit de faire le point sur les connaissances actuelles concernant les séquelles de traumatismes et les possibilités pour un enfant de « rebondir », donc de dépasser ces difficultés, ce que les chercheurs nomment « la résilience ».

Bien sûr, chaque adoption est unique, chaque cas est particulier, les statistiques n’ont donc aucune valeur prédictive à l’échelle de l’individu. Mais, si nous prenons en compte les réflexions engagées dans le monde de la santé, les événements actuels et le vécu des familles d’adoption, nous ferons peut-être avancer la cause de ces enfants et aiderons les familles qui les ont adoptés ou qui envisagent de les accueillir.

 

Les violences subies 

L’actualité est malheureusement très fournie en matière de violences. Journaux et télévision, reflets de notre société nous renvoient des images parfois insoutenables, dénonçant certaines formes de violences tout en contribuant à les banaliser. D'autres formes de violence apparaissent peu « à la une » peut-être parce qu'elles se prêtent moins à une mise en image, certaines, même, sont tout à fait occultées, peut-être nous renvoient-elles un écho que nous refusons d'entendre, peut-être sont-elles considérées comme « normales ».

Il est important de reposer les problèmes en dehors de cette médiatisation sélective, les violences identifiées pouvant être la conséquence de violences moins visibles.

Stanislas Tomkievicz, fut un précurseur dans la dénonciation des « violences quotidiennes, de la vie ordinaire » en institution, qu’il définit ainsi :

« Est violence institutionnelle, toute action commise dans ou par une institution, ou toute absence d'action, qui cause à l'usager une souffrance physique ou psychologique inutile et/ou qui entrave son évolution ultérieure. Est violence à l’individu tout ce qui donne une prééminence aux intérêts de l’institution avant les intérêts de l’usager ».

Nos enfants ont quasiment tous été, à un moment ou à un autre de leur existence, «institutionnalisés» et donc soumis au risque d’une certaine maltraitance.

Or, chercheurs et professionnels de santé sont unanimes, les violences subies hypothèquent le devenir de la victime.

 

Les conséquences des violences subies

Toutefois, l’intensité des séquelles dépend de nombreux facteurs, on repère par exemple qu’un acte de violence qui nous paraît très grave, subi une fois par la victime peut laisser moins de traces qu’un acte de violence qui nous paraît bien moindre mais qui est répété dans le temps.

Les conséquences de violences subies sont également liées au contexte dans lequel est exercé cette violence. Un enfant victime d’inceste peut-être beaucoup plus traumatisé qu’un enfant victime d’un viol perpétré par une personne extérieure à son entourage.

Certains auteurs évoquent une «transmission transgénérationnelle», c’est à dire que l’impact de traumatismes extrêmes atteint les enfants des victimes, puis les enfants de leurs enfants. Les nombreuses études conduites, par exemple, auprès de descendants de victimes de la Shoah 1 ont montré que, si la santé psychique des descendants n’était pas altérée, la transmission influençait leur caractère, ils ressentaient — entre autre — un fort sentiment d’insécurité.

La violence subie a des conséquences sur l'individu et, par là même, sur la société. Lionel Bailly, dans l’ouvrage cité ci-dessus, évoque une étude réalisée au Kurdistan Irakien. Parmi les Kurdes, victimes de violences, 77% se trouvaient « plus souvent de mauvaise humeur ». L ‘auteur s’interroge « Comment l'agressivité et ses difficultés de gestion, en devenant une constante sociale, vont influencer les réactions des enfants et leur manière de concevoir la violence? »

 

La résilience

Actuellement, plusieurs auteurs évoquent la capacité de l'individu à résister aux agressions de l'environnement. Une capacité différente selon chaque individu. Cette capacité, dont d'aucuns s'interrogent sur la possibilité de la développer, a été nommée «la résilience».

Ce terme est un terme de physique, qui décrit la résistance de certains métaux aux chocs. Par extension il désigne la « capacité de résister, de rebondir en face de situations adverses » .

De nombreuses observations d’enfants ayant vécu des situations extrêmement difficiles (notamment dans les états de guerre), ont catalysé la réflexion dans ce domaine.

Co-créateur de ce concept de résilience, Michael Rutter, professeur de psychiatrie de l’enfant à Londres, le présente ainsi

« … on s’est rendu compte que certains enfants arrivaient à bien fonctionner même dans les situations les plus affreuses. On a réalisé que les réponses des enfants à ces situations sont extrêmement différentes : certains enfants s’effondrent et vont très mal ; d’autres réussissent à survivre ; et d’autres semblent aller bien et deviennent peut-être même plus forts après avoir traversé de telles expériences».

Sa conclusion, dans le même article, nous interpelle particulièrement «… des expériences positives dans la vie du jeune adulte peuvent créer des changements importants pour ceux qui ont vécu des enfances affreuses. (…) Oui, cela se déroule sur toute une vie … Jusqu’à quatre — vingt — dix ans ! Il n’est jamais trop tard. »

La question se pose :  Comment développer la résilience ?  Quels facteurs peuvent la favoriser ? Plusieurs études sont en cours à ce propos.

Mais serait-il éthique de développer la résilience du seul individu sans agir prioritairement pour prévenir les formes de violence qui peuvent s'exercer sur lui ?

Les quelques articles et témoignages de ce numéro de la revue Accueil se veulent une introduction à une réflexion plus poussée et la parution d’un numéro à venir exclusivement consacré à l’adoption d’enfants victimes de violences. Nous serions très heureux de compter sur votre aide en nous adressant vos témoignages et vos réflexions.

 

Chantal Bernard-Putz,

Témoignages:

Source:

Ce texte a été publié dans le journal de l'association française de parents adoptants « Enfance et Famiille d'Adoption (EFA) », Revue Accueil, no 4, 1999. Les personnes le souhaitant peuvent s'abonner à la revue «Accueil» (4 numéros par an) pour le prix de 250 F français pour les québécois (port compris), ce qui doit faire à peu près 60 $Can. Il suffit d'envoyer le règlement avec ses coordonnées à «Enfance et Familles d'Adoption», 3 Rue Gérando, 75009 PARIS.

Note:

La Shoah est un mot hébreu signifiant «anéantissement». Il désigne couramment le génocide juif perpétré par les nazis pendant la seconde guerre mondiale. Ce que les nazis appelaient «la solution finale» c'est-à-dire l'extermination systématique et techniquement organisée de 6 millions de juifs, hommes, femmes et enfants, déportés et assassinés simplement parce que juifs, parce que nés.

 


Courriel
Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page


©  Copyright 1999 Gilles Breton - Chantal Putz Tous droits réservés.
URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/postadopt/violences.html