English  


Adoption
transraciale et transculturelle
1

    Le défi principal des adoptions transraciales et transculturelles est de trouver comment aider notre enfant à devenir stable, heureux, en santé et avec une identité culturelle forte. Les sept techniques énumérées ici proviennent de livres et d'articles sur l'adoption et d'entrevues avec des experts en adoption internationale. Certaines de ces techniques relèvent du gros bon sens et s'appliquent à tous les enfants adoptés. Cependant elles sont particulièrement importantes dans les cas d'adoptions internationales.

Les parents de familles interculturelles devraient:

  1. Devenir intensément engagés dans le rôle de parent
  2. Ne tolérer aucun commentaire raciste
  3. S'entourer de familles et d'amis qui peuvent vous aider
  4. Célébrer toutes les cultures
  5. Discuter de races et de cultures
  6. Bâtir l'estime de soi
  7. Développer l'identité ethnique


1- Devenir intensément engagés dans le rôle de parent

Dr Larry Schreiber, ex-président du "North American Council on Adoptable Children (NACAC), organisme qui chapeaute de nombreux groupes de support aux parents adoptants aux États-Unis comme au Canada, a parlé de son expérience sur l'adoption internationale dans le journal du NACAC à l'hiver 1991 2. Caucasien et père adoptif d'enfants afro-américain, latino-américain, coréen, cambodgien, indien et caucasien, il décrit son rôle de parent comme l'expérience la plus heureuse de sa vie. Il admet ne pas savoir ce qu'est d'endurer les surnoms racistes que ses enfants entendent, mais il est toujours présent quand ses enfants ont besoin de réconfort et d'aide pour traverser ces périodes difficiles.

Dr Schreider dit que le rôle de parent d'une famille interculturelle a à la fois compliqué et enrichi sa vie. Il a dû travailler fort pour aider ses enfants à développer leur fierté culturelle et leur estime de soi dans un monde qui, quelquefois, ne comprend pas ou est cruel avec les gens de cultures différentes. Toutefois, il croit que ses enfants ont surmonté ces difficultés et ont été capable de développer une identité culturelle positive, surtout grâce à l'aide que la famille a reçue de groupes de support et d'adultes provenant du même groupe culturel que les enfants.

Madame RoAnne Elliott est un autre parent de famille interculturelle qui a écrit sur l'importance d'être profondément engagé dans le rôle de parent. D'origine afro-américaine, madame Elliott écrit: "Vous avez besoin de croire fermement que vous êtes le meilleur parent pour votre enfant. C’est essentiel car vous ne pouvez bien assumer votre rôle de parent si vous ne vous sentez pas en confiance, compétent et en droit de remplir ce rôle". Faire partie d'une famille interculturelle est l'occasion d'une vie "de se transformer et d'accroître sa capacité d'élever son enfant. Ceci implique une ouverture à la différence et l'espoir que les différences culturelles entraînent des liens et des amitiés qui en valent la peine" 3.

Selon ces deux parents expérimentés, les exigences sont grandes mais les récompenses aussi.


2- Ne tolérer aucun commentaire raciste

Comme parent de famille interculturelle, vous ne devez tolérer aucun commentaire raciste fait en votre présence. Ceci inclut les commentaires négatifs portant sur l’origine de votre enfant, sur son groupe ethnique, sur d'autres groupes ethniques ou sur d'autres caractéristiques comme le genre, la religion ou encore les handicaps physiques. Faites savoir clairement que ce n'est pas correct de se moquer des gens qui sont différents ou de croire que les personnes appartenant à un même groupe se comportent toutes de la même façon 4.

Montrez à vos enfants comment réagir à ces commentaires en disant par exemple: "Je trouve ton commentaire blessant. S'il te plait, ne répète pas ce genre de remarque", ou encore "Tu n'as sûrement pas dit cela pour critiquer, c'est juste que tu n'as pas l'habitude de...", ou bien "C'est pas possible que vous ayez eu l'intention de dire une remarque aussi déplacée devant un enfant. Vous deviez sûrement vouloir dire quelque chose d'autre".

Essayez de réagir aux remarques en donnant la chance à la personne de se rétracter ou de modifier ce qu'elle a dit. De cette manière, vous enseignerez à votre enfant à se défendre sans se bagarrer. En plus, en donnant aux autres la chance de surmonter leur ignorance, vous pouvez les aider, avec le temps à changer leurs croyances et leurs attitudes. Des échanges positifs sur les différences raciales seront toujours plus constructifs que les échanges négatifs.


3- S'entourer de familles et d'amis qui peuvent vous aider

Pendant que vous pensiez à adopter un enfant d'une culture différente, y avait-il des membres de votre famille ou des amis qui supportaient particulièrement votre projet? Si oui, entourez-vous de ces personnes! En plus, recherchez la présence d'autres familles adoptantes, d'autres familles interculturelles, d'autres membres provenant du même groupe que votre enfant. Vous serez surpris de voir à quel point les gens veulent vous aider, ne serait-ce que pour vous montrer à cuisiner ou à vous enseigner quelques mots de la langue de votre enfant.

Selon madame RoAnne Elliott, vous avez besoin d'être entouré d'une communauté multiculturelle qui vous appuie, qui pourra servir de modèle et vous inspirer, qui stimulera votre réflexion, qui répondra à votre désir de diversité culturelle et qui vous provoquera de façon constructive et respectueuse 2.


4- Célébrer toutes les cultures

En tant que famille multiculturelle, vous devez mettre en valeur toutes les cultures. Enseignez à votre enfant que tous les groupes ethniques apportent leur contribution et que la diversité fait la force de notre pays. Par exemple, vous pouvez donner à votre fille coréenne une poupée coréenne mais aussi commencer une collection de poupées de différents pays. Amenez votre enfant au musée amérindien, mangez dans le quartier grec ou portugais de votre ville. Introduisez dans la vie de tous les jours l’art, la littérature, la musique, les vêtements, les mets de la culture d’origine de votre enfant mais aussi d’autres origines 5.

La question de la religion est particulière. Si vous amenez votre enfant d’origine russe à une église orthodoxe russe pour l’exposer à la culture russe et lui donner des modèles, il faut être prêt à le supporter s’il décide de pratiquer cette religion. Si vous n’êtes pas prêt, dites-lui que vous visitez l’église pour des raisons culturelles et non religieuses ou tout simplement, n’y allez pas. En pratique, vous ne pouvez imposer votre religion que pour quelques années. À l’âge adulte, votre enfant décidera s’il pratiquera une religion ou pas et laquelle.

C’est important de souligner à votre enfant les différences mais aussi les ressemblances entre les gens. Un expert conseille 2 ressemblances pour une différence 6. Par exemple, vous pourriez dire à votre jeune enfant : “Ta peau est plus foncée que celle de papa, mais comme lui, tu aimes jouer de la musique et manger de la crème glacée aux fraises. ” Votre enfant a besoin d’avoir un sentiment d’appartenance à sa famille.


5- Discuter de race et de cultures

Parlez de races et de cultures, même si votre enfant n'amène pas ce sujet. Profitez des occasions comme un programme de télévision ou un article de journal qui aborde le sujet. Faites comprendre à votre enfant que vous êtes confortable pour en parler, autant des aspects positifs que négatifs.

D'un côté, un enfant peut bénéficier d'une attention spéciale en étant différent. D'un autre côté, un jeune enfant devrait savoir que même si sa famille encourage les différences, d'autres familles ne connaissent pas vraiment de gens différents. Ces dernières peuvent être effrayées de ce qu'elles ignorent ou ne comprennent pas ou peuvent réagir de manière inappropriée.

Il peut être difficile d'aborder ces problèmes surtout lorsque l'enfant est jeune et qu'il ne sait pas encore que les adultes peuvent avoir des perceptions négatives à ce sujet, mais vous devez le faire. Vous aiderez votre enfant en le préparant à se tenir debout face à l'ignorance et aux difficultés.

Supportez votre enfant s'il est victime d'un incident raciste ou s'il a des problèmes à cause de comportements inappropriés d'autres personnes. Supporter ne veut pas dire se battre à sa place. Supporter signifie lui donner des outils pour gérer lui-même les situations qui se présenteront. Affrontez le racisme. Discutez-en avec vos amis, votre famille ou avec votre association. Comptez sur des personnes de couleur pour partager avec vous et votre enfant leur vécu, leurs perceptions. Avant tout, si votre enfant a été blessé, laissez-le vous en parler.

Mme Lois Melina, parent d’un enfant coréen et écrivain, propose 5 questions à poser à votre enfant pour l’aider lors de situations problématique 4:

  • Qu’est-il arrivé?
  • Qu’est-ce que cela t’a fait?
  • Qu’as-tu dit ou fait lorsque c’est arrivé?
  • Si cela se reproduisait, crois-tu que tu aurais la même réaction?
  • Voudrais-tu que je fasse quelque chose?

Il est important de laisser à votre enfant le choix que vous vous impliquiez ou pas. Vous montrez ainsi que vous êtes disponible mais aussi que vous faites confiance à votre enfant pour décider quand il a besoin d’aide.


6- Bâtir l'estime de soi

Exposez votre enfant à une gamme d'expériences pour qu'il développe des habiletés physiques et intellectuelles qui favorisent l'estime de soi. Bien que cette technique soit importante pour tous les enfants, elle l'est particulièrement pour les enfants de couleur. Ces enfants ont besoin de tous les outils possibles pour développer leur estime de soi.

Même si la société a fait de grands pas pour empêcher la discrimination, il reste plusieurs messages plus ou moins subtils sur la couleur et la race qui peuvent nuire et décourager les jeunes. Soyez vigilent pour détecter les messages négatifs. Dites qu'ils n'ont pas de sens ou qu'ils sont faux. Insistez sur le fait que chaque personne est unique et que chacun apporte sur terre ses forces et ses faiblesses.

Complimentez fréquemment votre enfant sur ses forces. Soyez attentif à la capacité de votre enfant de résoudre des problèmes de mathématique, lancer la balle, danser, jouer d'un instrument de musique, aller à bicyclette, faire de la gymnastique, de la photographie ou toute autre activité qui augmente la confiance en soi. L'estime de soi se construit à partir de nombreux petits succès et de multiples encouragements. Un ego fort permet de mieux gérer à la fois les bons et les mauvais côtés de la vie en société.


7- Développer l'identité ethnique

Exposer son enfant à des activités où la majorité des personnes présentes proviennent de son groupe ethnique. Si vous amenez votre enfant afro-américain ou péruvien à un festival latin, ou à une activité d'association pour famille ayant adopté, votre enfant vivra l'expérience d'être en majorité dans un groupe. En général, les enfants apprécient beaucoup ces occasions. Si vous avez adopté un jeune enfant, vous pourriez visiter son pays d'origine lorsque l'enfant aura l'âge de comprendre la signification de ce voyage. Un autre avantage de ces expériences est qu'à votre tour, pour une rare fois, vous vous trouverez en minorité. Ceci vous aidera à comprendre ce que vit votre enfant et à mieux l'aider.


Notes:

  1. Ce texte du "National Adoption Information Clearinghouse" est disponible en version originale anglaise sous le titre "Transracial and transcultural adoption"; il peut être reproduit sans permission avec mention de la source. Le texte a été traduit par Mme Gisèle Trudeau et publié dans le journal de l'association des parents en adoption internationale du Saguenay-lac St-Jean, Échos Adoption, en décembre 1998.
  2. Schreiber, Larry, M.D. "From the President." Adoptalk, Winter 1991, p. 2.
  3. Elliott, RoAnne. "Can White People Nurture Black Kids Effectively?" Pact Press, Autumn 1992, v1 n3, p. 8.
  4. Melina, Lois. "Cultural Identity Goes Beyond Ethnic Foods, Dolls." Adopted Child, Dec 1988, v7 n12, pp. 1-4.
  5. Thorp, Judy. "Our Trip to Chicago's Little India." OURS, May-Jun 1992, v25 n3, pp. 36-38.
  6. Van Gulden, Holly. "Attachment and Bonding in Adoptive Families," Workshop at Families Adopting Children Everywhere (F.A.C.E.) Conference, Towson, Maryland, May 1992.



Courriel
Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page


©  Copyright 1998 Gilles Breton Tous droits réservés.
URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/postadopt/pieges.html