Préjugés et racisme
à l'égard des enfants adoptés 1


COULEUR COEUR
EXCELLENT, EXTRAORDINAIRE, UN MUST

Avis à tous les parents et à tous les enseignantes et enseignants. Le racisme, ce n’est pas cool !

Procurez-vous et surtout faites connaître la trousse de ressources pédagogiques Couleur cœur qui traite du racisme et qui comprend une vidéocassette et un guide pédagogique de la Fondation canadienne des relations raciales afin de mener une lutte éclairée contre le racisme. Toute école devrait l’utiliser pour aborder le sujet du racisme. Conçue pour être utilisée au primaire, elle peut également être utilisée au secondaire. Le vidéo, produit par TFO (Télévision française ontarienne), met en vedette des élèves d’écoles de la région dont l’école du village à Aylmer et l’école secondaire de l’Île à Hull et est divisé en six thèmes qui peuvent se prêter à deux ateliers différents par thème .

La trousse se vend seulement 10 $ et vaut son pesant d’or. On se la procure auprès de la Fondation canadienne des relations raciales (www.crr.ca) en écrivant à [email protected] ou en signalant le 1 888 240-4936. Les commandes sont traitées le vendredi et sont payables sur réception.

Parlez-en à des parents, à des amis, à la direction de l’école…à tout le monde!!!

Fleurs du monde, journal de la FACQ, automne 2002

 

    Le racisme est d'abord une question de perception. Ainsi, des personnes développent des attitudes racistes simplement sur la base de généralisations trop hâtives: elles connaissent une personne d'une nationalité quelconque, la juge négativement ou positivement, selon le cas... puis elles généralisent. Une nationalité est O.K., l'autre est mauvaise. Les enfants étrangers adoptés ne sont pas à l'abri de ces perceptions. Et il faut dire, malheureusement, que ce sont les enfants noirs qui sont le plus souvent soumis au racisme.

Curieusement, selon l'expérience de plusieurs familles adoptives, le racisme est d'abord positif, surtout pour les jeunes enfants. En effet, un enfant de couleur, adopté par des parents blancs, est perçu très différemment d'un enfant noir appartenant à sa famille noire. C'est que le geste d'adopter un enfant de pays en voie de développement est perçu comme un geste charitable.

On admire ces «parents sauveurs» et on aime bien ces «enfants sauvés». Ainsi, en général, les Québécois aiment bien voir des bébés et de jeunes enfants de couleur avec leurs parents adoptifs. C'est «mignon».

Très souvent, les Québécois, qui n'oseraient jamais en faire autant avec des familles noires, abordent les familles adoptives dans les lieux publics et touchent les cheveux des enfants, seulement pour voir comment c'est fait. Il est donc rare qu'un tout jeune enfant de couleur ait été victime de racisme négatif. Au contraire, les parents disent que ces enfants reçoivent une attention sociale positive.

Mais, lorsque l'enfant vieillit, ce n'est plus la même chose. Lorsque l'enfant commence l'école ou qu'il a des activités seul, les autres ne peuvent deviner son appartenance à une famille blanche. C'est là que l'enfant se retrouve en situation potentiellement difficile: celle d'une personne appartenant à une minorité raciale dans notre société.

Les propos racistes ne font pas seulement souffrir l'enfant adopté mais aussi tous les autres membres de la famille. Mais attention, il y a aussi des enfants (et des parents) qui utilisent le racisme en leur faveur. Un jeune garçon noir très turbulent à l'école et qui se fait réprimander souvent peut dire à ses parents: «C'est parce que je suis noir que les professeurs me chicanent! ».

Plus l'enfant grandit, plus le racisme prend de la force. Et qu'arrivera-t-il lorsqu'il deviendra adulte? Sera-t-il perçu comme faisant partie des «immigrés voleurs d'emploi» ou de «de la communauté des violents»? Qui choisira-t-il comme partenaire de vie, une personne blanche, jaune ou noire? Formera-t-il une famille ethnique différente? Le racisme sera-t-il à son point culminant quand apparaîtront les petits-enfants? Nul ne le sait.

C'est à vous, parents, d'aider votre enfant adopté à s'affirmer, à assumer sa différence.

1

Adapté d'une allocution présentée lors d'un dîner conférence d'une association de parents par Mme Liette Robert a. r. h., Centre de services sociaux Richelieu, le 15 sept. 1991.

Rédaction: Gilles Breton

 



Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page

©  Copyright 1997- Gilles Breton Tous droits réservés.

URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/postadopt/racisme.html