Bâtir une famille adoptive
multiraciale saine
1ère partie

2e partie

Adoption multiraciale

Ces textes sont tirés du livret de 72 pages de l'association des familles adoptives de Colombie-Britannique (AFABC) «Raising Healthy Multiracial Adoptive Families». Il peut être commandé pour 10$ plus 2$ de frais de livraison à l'AFABC.

J'ai l'impression que ma famille se donne en spectacle chaque fois que nous sortons. Est-ce que je m'habituerai à cette impression?

Quelles soient adoptives ou non, toutes les familles dont les membres sont «visibles», sont aux prises avec cette situation. La société perçoit les familles adoptives multiraciales comme minoritaires, même si elles ne se perçoivent pas comme tel. Les familles avec des enfants de couleur qui persistent à s'identifier comme Euro canadiens auront des difficultés. Il est important d'admettre que nous sommes des familles minoritaires et que nous serons perçus ainsi par la société en général.

Parfois, cette intrusion peut prendre des formes plus sérieuses. Par exemple, un parent d'un enfant d'origine chinoise a été arrêté deux fois par la police parce qu'elle pensait qu'il avait enlevé sa fille. De même, la mère d'un enfant afro canadien a été suivie jusque chez elle par des policiers. Ils ont interrogé ses voisins à propos de la composition de sa famille jusqu'à ce qu'ils finissent par accepter que cet enfant était vraiment son fils.

Les choses s'améliorent graduellement. Lorsque l'enfant grandit et que les gens réalisent qu'il est assez vieux pour parler pour lui-même, la plupart des familles vivent moins de questions intrusives. Si entre-temps nous réagissons avec confiance, de façon positive à ces situations, en reconnaissant que nos familles sont toujours perçues comme différentes, nous présentons des modèles de comportement pour nos enfants qui leur faciliteront la tâche pour affronter ces situations eux-mêmes.

J'ai essayé de faire pour le mieux mais mon enfant renie ses origines. Que puis-je faire?

Les enfants ont besoin de connaître leurs origines pour bâtir leur estime de soi. Des études à long terme ont montré que les enfants dont les origines ont été valorisées dans leur famille adoptive deviennent des adultes sains et confiants en eux-mêmes.

Plaidoyer pour l'adoption transraciale.

Tous les enfants passent par des étapes d'acceptation et de rejet de leurs origines. Comme parents, notre responsabilité est de veiller à ce que nos enfants aient accès à l'information disponible sur leurs origines, lorsqu'il la désire.

Dans les périodes où nos enfants acceptent favorablement leurs origines, nous devons faire le maximum pour les appuyer. Durant les périodes de rejet, nous devons continuer à valoriser les origines de nos enfants et à participer à des manifestions issues de leur culture, sur une base continue et indépendante de la participation des enfants, comme nous participons à notre culture majoritaire. Après tout, est-ce que nos parents ont cessés d'aller à l'église ou de prendre part à des activités culturelles parce que nous, en bons adolescents, ne voulions rien savoir à ce sujet?

Le simple fait de continuer de participer à des événements envoie le message que les origines de notre enfant sont importantes, qu'elles font partie intégrante de notre vie familiale et qu'elles ne sont pas des options superflues.

Minoritaire dans la minorité

Nous devons reconnaître que notre enfant peut faire face à une double discrimination, autant en provenance de sa culture d'origine que de la culture dominante. Par exemple, un enfant adopté au Viêt-Nam peut aller dans une école où la population d'enfants nés au Viêt-Nam est significative. Cet enfant se sentira à l'écart de ce groupe en raison d'une barrière linguistique et culturelle et il sera aussi à l'écart de la culture dominante en raison de son ethnicité. Il ou elle sera une minorité dans la minorité.

Que devrais-je rechercher dans une école?

Au Québec, le choix de l'école par les parents est limité mais les conseils ci-contre font penser que nous prenons souvent pour acquis des choses simples, qui font partie de notre culture majoritaire. Peut-être que les adoptants peuvent contribuer à rendre la société plus tolérante, plus ouverte aux différences en changeant l'école.
G.B.

Les parents de familles adoptives multiraciales doivent être plus sélectifs que les autres parents dans le choix d'une école pour leur enfant. lls doivent rechercher des garderies, des maternelles et des écoles qui reflètent une diversité aussi large que possible dans la population des élèves et des enseignants.

Diversité signifie variété. La diversité comprend les nuances de peau et les races, les types de familles et les habiletés des élèves. En cherchant une école qui a une philosophie d'inclusion des différences, vérifiez comment on y perçoit les familles adoptives, les enfants aux besoins spéciaux (handicaps physiques ou mentaux, problèmes d'apprentissage, etc.) et les enfants issus d'origines ethniques et raciales diversifiées.

L'école devrait avoir un projet anti-discrimination afin que les enjeux reliés à la culture, aux formes familiales et aux habiletés soient pris en compte à tous les niveaux d'éducation, sur une base continue.

Aspects à rechercher:

  • Y a-t-il des professeurs de différentes races dans l'école?
  • Y a-t-il des élèves de races et d'habiletés diverses inscrits à l'école?
  • Est-ce que les classes comprennent des élèves présentant une gamme riche de visages, d'habiletés, de formes familiales, d'origine géographique?
  • Est-ce que la diversité des origines et des habiletés est reflétée dans le matériel scolaire et les jeux? Par exemple, est-ce qu'ils incluent des baguettes chinoises, des kimonos, des vêtements, des masques, des jouets de diverses cultures, des journaux en différentes langues ou bien des béquilles ou des verres épais? Est-ce que les poupées représentent différentes races?
  • Est-ce que l'école offre une variété d'instruments de musique, tambours, flûte, cloches, maracas? Est-ce que les enfants ont accès à des enregistrements en différentes langues ou diverses formes musicales, issues du folklore, du jazz, etc.?
  • Est-ce que la bibliothèque reflète une vision large et inclusive du monde? Y a-t-il des livres sur l'adoption ou sur différentes formes de famille? Est-ce qu'il y a des livres en braille?
  • Est-ce que l'école célèbre ou souligne les fêtes de différents pays?

Que pouvons-nous faire lorsque des membres de notre famille élargie font des commentaires stéréotypés à propos de notre enfant?

Pour les familles adoptives multiraciales, peu de situations posent plus de difficultés que lorsque des membres importants de la famille se révèlent plein de préjugés. Ces situations constituent des occasions de prouver que notre amour est inconditionnel ou qu'il vaut mieux limiter les contacts avec les proches dont les comportements blessent nos enfants. Une chose est certaine: nous ne pouvons pas ignorer le problème. Notre responsabilité est d'appuyer nos enfants et de réagir aux comportements inappropriés des membres de notre famille élargie.

Dans «Raising the Rainbow Generation», les Docteurs Darlene Powell Hopson et Derek S. Hopson offrent ces suggestions:

Appuyer nos enfants

  • Dès que nous sommes seuls avec notre enfant, après qu'une remarque déplacée a été faite, nous devons lui expliquer les différentes attitudes à l'égard des races et lui indiquer clairement notre désaccord avec les attitudes discriminatoires. Nous devons lui souligner que nous aimons encore nos proches mais que nous croyons que leurs attitudes envers les autres races sont parfois erronées et qu'il devrait nous avertir s'il entend des remarques semblables ailleurs.
  • Si possible, nous devrions préparer notre enfant à l'avance au sujet des attitudes que certains membres de notre famille peuvent avoir, et lui expliquer d'où elles peuvent provenir. Expliquer pourquoi et comment les préjugés se forment peut aider notre enfant à comprendre d'autres points de vue, même ceux avec lesquels nous sommes en désaccord. Par extension, cela enseigne la tolérance. Mais il est important de préciser clairement qu'on n'est pas d'accord et de donner à notre enfant le droit de contester, de réagir à ces remarques d'une façon appropriée. 

Comment répondre aux membres de la famille

  • Nous devrions contester les remarques désagréables immédiatement; non pas en criant, mais calmement, en posant des questions simples et en recueillant des informations. «Que voulez-vous dire par là?» «Je voudrais en savoir davantage sur ce que vous venez juste de dire.» «Quelle expérience vous a amené à vous sentir comme cela?»

    Cette approche permet à nos proches de nous en dire davantage sur la façon par laquelle ils ont formé leurs opinions et sur ce qui a influencé leurs idées ou leurs croyances. Cela nous donne aussi l'occasion de souligner que ces idées stéréotypées ne sont plus acceptables dans la société actuelle. Lorsque nous en savons plus sur l'origine de ces préjugés, nous sommes mieux outillés pour contester les comportements, au lieu d'attaquer la personne. Nous sommes aussi mieux capables de préciser que ces jugements stéréotypés sont non seulement inacceptables dans la société d'aujourd'hui, mais aussi qu'ils sont inacceptables dans notre foyer.

  • Si le comportement persiste, nous devrions l'interrompre en disant: «Je ne laisserai pas des choses comme cela se produire dans ma maison». Ils peuvent parler comme cela par habitude ou par convention simplement parce que personne n'a souligné que ces remarques sont inacceptables.

Cet enjeu vaut bien les frictions qu'il peut causer, même avec des êtres chers. Le développement harmonieux de notre enfant est en jeu. Certains proches respecteront notre position et changeront d'attitudes, ou au moins de comportements; d'autres non. Ce qui est important, c'est de montrer à notre enfant que nous les défendront en tout temps. Le silence ne devrait jamais être une option dans notre foyer. (Source: Adapté de «Pact, An Adoption Alliance» et de contenus créé par Charles Boehm-Hill)

2e partie

Source

Ce texte de l'association des familles adoptives de la Colombie-Britannique est disponible en version originale anglaise sous le titre «Raising Healthy Multiracial Adoptive Families»; il peut être reproduit sans permission avec mention de la source. Le texte a été traduit par Gilles Breton. On peut rejoindre l'Adoptive Families Association of British Columbia par téléphone (Tél:(604) 588-7300 ou 1-877-ADOPT07, par courriel à [email protected] L'adresse du site Internet de l'AFABC est www.bcadoption.com .

Note:

  1. D'autres pages de ce site traitent de sujets connexes, mentionnons:

    Dans cette section post-adoption:
    L'intégration à l'école
    Guide sur l'adoption à l'intention des enseignants
    L'adoption transraciale et transculturelle
    Ailleurs dans le site:
    Les commentaires non sollicités



Courriel
Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page


©  Copyright 2000
Gilles Breton -
Adoptive Families Association of British Columbia
Tous droits réservés.
http://www.quebecadoption.net