Guide sur l'adoption
à l'intention des enseignants

Module 1-- Accueillir l'enfant issu d'une famille non traditionnelle
Module 2-- Initier les élèves de l'école primaire à l'adoption
Module 3-- Attention à certains projets de classe biaisés !
Module 4-- Apprendre le langage de l'adoption

Qu'est-ce que l'adoption? Quand un étudiant vous le demande, savez-vous que répondre??

Vous trouverez dans ce texte quelques informations de base sur l'adoption pour les enseignants des niveaux élémentaire et secondaire. Bien que l'accent soit mis sur l'enfant adopté, nous avons essayé d'inclure des informations concernant les enfants issus d'autres familles non traditionnelles.

Nous espérons que vous trouverez ce guide utile en classe. Donnez-en une copie à votre directeur (directrice). Suggérez-le au conseil d'établissement comme ressource pour les enseignants. Et n'oubliez pas que ces questions vous seront posées un jour.


MODULE 1


Accueillir l'enfant issu d'une famille non traditionnelle

Il est probable que vous aurez un enfant dans votre classe (et probablement plus qu'un!) qui vient d'une famille non traditionnelle.

Dans la famille traditionnelle, une femme et un homme ont conçu un enfant, la femme l'a mis au monde et les deux l'élèvent. Il y a d'autres façons de former une famille, des façons qui deviennent de plus en plus courantes.

La famille moderne est formée de plusieurs façons. L'enfant dans une famille moderne peut être :

  • Un enfant vivant avec les parents qui l'ont mis au monde : la famille traditionnelle.
  • Un enfant vivant avec un parent seul.
  • Un enfant de parents divorcés ou séparés, vivant avec un de ses parents. Si le parent se remarie, une autre relation se crée, celle du beau-père ou de la belle-mère, pour l'enfant.
  • Un enfant en famille d'accueil, avec des parents qui l'accueillent et des parents de naissance. Les enfants en famille d'accueil sont souvent déplacés d'un foyer à un autre, et ainsi, ont plusieurs familles d'accueil de suite.
  • Un enfant adopté, avec des parents adoptifs et des parents de naissance. L'enfant connaît souvent (mais parfois non) qui sont ses parents de naissance. Certains enfants sont adoptés internationalement et en savent peu sur leurs racines. D'autres (surtout des adolescents) recherchent leurs parents de naissance et en apprennent un peu plus long sur eux-mêmes.

De tels enfants peuvent ne pas se sentir à leur place, et mme exclus, des discussions dans la classe sur l'arbre généalogique, l'histoire familiale et les ressemblances familiales.

Pour inclure les enfants issus de familles non traditionnelles, les plans de cours, en études sociales et en biologie, par exemple, doivent être élargis.


MODULE 2


Initier les élèves de l'école primaire à l'adoption


En temps qu'enseignant à l'école primaire, vous encouragez le développement des enfants. Amener le concept de l'adoption en classe et le traiter comme une des expériences possibles de la vie bénéficie autant aux enfants adoptés qu'à leurs condisciples.

Il serait opportun de supposer que vous avez des enfants adoptés en classe et de vous préparer pour les questions sur l'adoption quand elles se posent.

Voici quelques moyens d'inclure l'adoption dans votre plan de cours régulier.

Maternelle

Quand vous parlez de bébés et de familles, utilisez les mots "adoption" ou "adopté" de temps en temps. Lisez des histoires qui parlent d'adoption. Dépendant des intérêts des enfants, préparez un jeu de rôle dans lequel ils vont à l'aéroport accueillir un frère ou une soeur adopté, ou préparent la maison pour l'arrivée d'un enfant adopté.

Premier cycle du primaire

Lorsque vous discutez des différents types de famille, n'oubliez pas les familles non traditionnelles, incluant les familles adoptives. Si un élève mentionne qu'un bébé est né dans sa famille, mentionnez le fait que certains enfants entrent dans une famille par l'adoption. Ceci peut inciter un enfant à déclarer "je suis adopté" et vous pourrez développer la discussion. N'oubliez pas que l'histoire d'adoption d'un enfant lui est personnelle; c'est à lui de la raconter ou pas, comme il le désire.

Surveillez le langage que vous utilisez. Il n'existe pas de mère "naturelle" (ni de "surnaturelles"!!). Vous devriez dire mère de naissance et mère adoptive. Si la famille d'un élève est en processus d'adoption d'un enfant, saisissez l'opportunité de parler des procédures et du bonheur d'accueillir un enfant à son arrivée.

Une autre occasion de parler de l'adoption est en Novembre, le Mois National de l'Adoption. Discutez de l'adoption, lisez une histoire d'adoption, ou invitez un enfant adopté ou un parent adoptif à visiter la classe. Les enfants de cet âge se sentent généralement à l'aise de partager leur histoire d'adoption lorsqu'un parent est présent.

Vous devrez juger, si possible, de la réceptivité de la classe face à l'histoire d'adoption d'un enfant. Veillez à ce que l'enfant ne devienne pas l'objet de taquineries ou de moqueries, et réagissez comme vous le feriez pour n'importe quelle situation de moquerie.

Plusieurs livres peuvent être lus en classe. Certains traitent de l'adoption comme thème général, d'autres le mentionnent simplement en passant.

Deuxième cycle du primaire

Pendant cette époque et durant le secondaire, les élèves veulent s'intégrer et être comme les autres. Les enfants adoptés sont conscients qu'ils sont minoritaires, que la majorité des enfants sont élevés par les parents qui les ont mis au monde. En général, il est plus qu'improbable qu'ils veuillent présenter leur histoire d'adoption ou être singularisés.


MODULE 3


Attention à certains projets de classe biaisés !

La dernière chose que vous voulez faire est d'exclure délibérément un élève d'une discussion de groupe ou d'un projet de classe, cependant certains projets mal conçus risquent d'avoir ce résultat.

Certains projets de classe classiques sont basés sur une vision dépassée de la famille, une vision qui suppose que tous les enfants vivent avec papa et maman dans un monde ou le divorce et l'adoption n'existent pas et ou il n'y a pas d'histoires traumatisantes. Bref, ce sont des projets qui ne respectent pas l'enfant qui vient d'une famille non traditionnelle.

Habituellement, vous ne pouvez pas abandonner ce projet et vous ne voulez pas non plus faire une exception pour ces enfants qui sont des "cas spéciaux". Toutefois, vous pouvez atteindre le but éducationnel désiré, pour tout le monde dans la classe, en redéfinissant les projets pour y inclure toutes les sortes de familles. Voici quelques exemples de projets redéfinis :

L'arbre généalogique

Le travail : dessiner votre arbre généalogique
Le préjudice : ceci suppose que les enfants habitent avec leur famille d'origine, ou connaissent le passé de leur famille. L'arbre généalogique utilisé habituellement ne permet pas de répondre aux diverses structures familiales, mais seulement à celle avec un père et une mère de naissance, sans tenir compte des familles d'accueil ou adoptives ou des autres configurations. Les enfants issus de ces familles se sentent alors isolés et différents.
Comment atteindre le but : Les enseignants ont re-dessiné le diagramme de l'arbre traditionnel pour accommoder les nouvelles formes familiales, créant ainsi le "Buisson Familial", l'"Arbre d'Amour", l'"Arbre avec Racines" (les ancêtres biologiques sont représentés par les racines et la famille adoptive ou la belle-famille sont représentés par les branches), l'"Arbre-Pivoine" (les pivoines/membres de la famille grandissent les uns près des autres).

Ou vous pourriez abandonner la métaphore de l'arbre et essayer "Ma Roue" (l'enfant au centre et ses proches autour de lui) ou "Ma maison" (un cadre de maison avec les gens à l'intérieur) ou un diagramme avec des symboles pour les gens et des lignes indiquant les relations entre eux. Demandez aux enfants de penser à différents types familiaux; offrez une variété d'"arbres", ou laissez-les inventer leur propre diagramme. Transformez ce projet en activité artistique créative - invitez les élèves à décrire leur famille et ce qu'elle signifie pour eux, en dessin, peinture, coloriage, ou sculpture. Utilisez les oeuvres terminées pour lancer des discussions sur les types de famille et les façons différentes dont elles se sont formées. Consacrez le mme temps pour chaque type de famille, et insistez sur le fait que, dans le monde, peu d'enfants grandissent dans une famille nucléaire. Parlez des familles étendues, d'accueil, adoptives, des belles-familles et des familles monoparentales.

Le but peut être d'introduire les mots et les liens de parenté; d'apprendre votre place dans la famille et l'histoire familiale; ou d'étudier l'origine de vos ancêtres. Vous pouvez avoir à rechercher d'autres moyens d'atteindre ces buts. Toutefois, le projet de l'arbre généalogique n'a pas besoin d'être supprimé, il représente une leçon sur les différentes façons pour une famille de s'agrandir.

Les photos de bébé

Le travail : Amenez une photo de vous, bébé.
Le préjudice : ceci exclut les enfants qui pourraient ne pas avoir de photos d'eux bébés, soit parce qu'ils sont en famille d'accueil, adoptés, immigrants, ou, simplement, parce qu'aucune photo n'a été prise. Si le but du projet est de faire le lien entre une photo de bébé et l'enfant aujourd'hui, les enfants de minorité visible sont privés d'une grande partie du plaisir dès le début!
Comment atteindre le but : pour illustrer le développement et les changements de l'enfant, demandez une photo de l'enfant quand il était plus jeune ou plus petit. Pour décrire l'enfant, introduisez un objet qui pourrait en dire plus sur lui : un livre, un trophée, un animal. Pour tester la capacité de raisonner (qui suis-je?), amenez une photo de quelqu'un que tout le monde connaît, ou décrivez-vous en trois indices, en en ajoutant un à la fois, jusqu'à ce quelqu'un devine de qui vous parlez.

L'histoire familiale

Le travail : Rédigez l'histoire de votre vie, en y incluant deux expériences significatives.
Le préjudice : un enfant qui ne connaît pas son passé ou qui a un passé difficile, peut être incapable d'écrire son histoire. Imaginez la difficulté émotionnelle pour un enfant de se rappeler les abus qu'il a vécus dans des maisons d'accueil, par exemple. Son désir d'effacer un passé douloureux et de s'en inventer un plus beau peut rentrer en conflit avec son sens de l'honnêteté.
Comment atteindre le but : Offrez des alternatives : Ecrivez la biographie d'un personnage historique à la première personne; rédigez une histoire à-propos d'un évènement de votre vie; racontez une expérience agréable qui vous est arrivée à l'école.

La journée "Je suis spécial(e)"

Le travail : racontez-nous l'histoire de votre famille; apportez un souvenir familial.
Le préjudice : votre but peut-être d'encourager l'estime de soi. Ce projet pourrait se retourner contre un enfant en famille d'accueil ou adopté qui se sentirait de plus en plus différent au fur et à mesure qu'il entendrait l'histoire des familles des autres. Si les souvenirs de famille typiques incluent des photos de bébés ou des traditions familiales, l'enfant qui n'en a pas trouvera très difficile de participer à ce projet.
Comment atteindre le but : Elargissez les possibilités : permettez aux étudiants d'amener des animaux, des uniformes sportifs, ou des objets se rapportant à leurs loisirs.

Fête des Pères/Fête des Mères

Le travail : Célébrons votre père et votre mère.
Le préjudice : les projets se rapportant à ces fêtes spéciales excluent les enfants de famille monoparentale ou divorcées.
Comment atteindre le but : Elargissez le projet pour inclure toute femme ou homme que l'enfant connaît. Ou célébrez une "Journée de la Famille" ou une "Journée de l'Amour" avec des thèmes comme "remercions quelqu'un qui prend soin de nous" ou "comment être attentifs aux autres".


MODULE 4


Apprendre le langage de l'adoption

Les enseignants doivent apprendre à se sentir à l'aise avec le langage de l'adoption. Ils doivent savoir comment réagir face aux adultes et aux enfants qui utilisent un langage inapproprié. ceux qui posent des questions comme "pourquoi sa mère l'a abandonné?" ou "qui est sa vraie mère?".

Les aspects heureux de l'adoption sont atténués par le fait que l'adoption entraîne une perte. Les adoptés vivent avec la réalité douloureuse que leurs parents de naissance n'ont pu ou n'ont pas voulu les garder. C'est très difficile d'expliquer cela à de jeunes enfants. Cependant, en tant qu'adultes ayant une part importante dans la vie de l'enfant, les enseignants doivent parfois entrer dans le monde de l'enfant pour l'aider à faire face à ses peines et à se sentir valorisé et positif dans son existence.

Les enseignants doivent s'efforcer d'apprendre le langage positif de l'adoption, parce que la façon dont nous traitons des sujets sensibles peut véhiculer soit de la confiance et du courage ou de la honte et de la peur.

Vous pouvez faire partie d'une famille soit de naissance ou d'adoption; les deux façons sont parfaitement acceptables. L'adoption permet de construire des familles saines, et heureuses, parents et enfant étant liés par les règles et l'amour.

Toutefois, lorsque les gens utilisent des mots chargés d'émotions qui amplifient l'absence d'un lien du sang, ils créent des conflits et diminuent l'estime de soi des enfants adoptés. Ces termes négatifs proviennent souvent du sceau du secret qui entourait l'adoption, l'héritage d'années o l'adoption était fermée.

Quand vous parlez de l'adoption, parlez-en comme étant la façon dont quelqu'un est entré dans la famille, et pas comme un état ou un désavantage. Dites "Maria a été adoptée" plutôt que "Maria est adoptée".

Mais la plupart du temps, vous ne devriez pas vous référer à l'adoption du tout ; en faisant cela, vous impliquez que l'adoption est un lien de parenté moins important qu'un lien du sang. Les articles et les reportages journalistiques font souvent cette erreur, en mentionnant que l'enfant est adopté quand il n'y aucun lien avec l'histoire.

Ci-dessous, voici quelques expressions utilisées de façon incorrecte et la façon correcte de les dire :

Surveillez votre langage

Evitez cette expression

Préférez cette expression

Pourquoi?

Vrai parent

Parent de naissance, parent biologique, mère de naissance, père de naissance

Y'a t-il des parents imaginaires? Les parents adoptifs sont aussi vrais que les parents de naissance

Parent naturel

Parent de naissance, mère biologique, mère qui a donné naissance

L'absence d'un lien de sang ne fait pas qu'un parent adoptif est "moins parent".

Enfant naturel

Enfant de naissance, enfant biologique

Même chose. Y'a t-il des enfants artificiels?

Votre propre enfant

Enfant de naissance, enfant biologique

Tous vos enfants sont à vous, adoptés ou non. Les liens génétiques ne sont pas plus forts que les liens adoptifs

Illégitime, non désiré

Aucune expression souhaitable

Les circonstances de sa naissance ne devraient pas stigmatiser un enfant.

Mère célibataire

Mère de naissance

"Célibataire" ou "non mariée" = jugement moral.

Abandonner, donner, laissé, renoncer à.

Confier en adoption, choisi rl'adoption, faire un plan d'adoption

Les mères de naissance peuvent, aujourd'hui, prendre des décisions responsables et éclairées.

Garder le bébé

Élever le bébé

"Elle a décidé d'élever l'enfant plutôt que de choisir l'adoption".

Adoption à l'étranger

Adoption internationale

"Étranger" peut avoir des connotations négatives.

Enfant difficile à placer

Enfant avec des besoins spéciaux

Moins dommageable pour l'estime de l'enfant



QUELQUES DÉFINITIONS

Adoptions publiques
Les adoptions publiques sont organisées par un ministère provincial ou une agence reconnue par le gouvernement, par exemple, l'Aide à l'Enfance. (Contrairement à certaines autres provinces canadiennes, au Québec toutes les adoptions d'enfants nés et résidant au Québec sont réalisés par l'un des 17 Centres Jeunesse régionaux.)
Adoptions privées
Les adoptions privées sont organisées par des personnes ou des agences privées. (Notez que les adoptions privées sont illégales au Québec, mais légales dans certaines autres provinces.)
Adoption ouverte
La mère de naissance choisit de garder le contact avec les parents adoptifs immédiatement après l'adoption. Le degré d'ouverture varie. Quelquefois, le contact est organisé par l'Aide à l'Enfance ou l'agence; aucune information pouvant mener à l'identification de l'une des parties n'est échangée. Plus souvent, les identités sont dévoilées, et les personnes déterminent le degré d'ouverture qu'elles souhaitent, par exemple, téléphones, lettres, photos, visites.
Adoption fermée
Le choix du secret: aucun contact entre la mère de naissance et les parents adoptifs; ce n'est plus un choix populaire aujourd'hui.
Les enfants avec des besoins spéciaux
Ce terme couvre plusieurs catégories d'enfants adoptables: les enfants plus gés, les fratries, les enfants qui font face à des difficultés physiques, émotionnelles ou intellectuelles.

À lire aussi dans ce site: Mon enfant est votre élève, dans une page sur les préjugés racistes.


Source

Adoption Helper's Teacher's Guide to Adoption, de Robin Hilborn, éditeur du magazine «Adoption Helper», Copyright 2000 Robin Hilborn. Traduction de Fabienne Dubeau. Nous remercions Robin Hilborn du site de Family Helper de nous avoir permis de traduire et de reproduire cet article. Le texte original anglais comporte quatre autres modules que nous n'avons pas traduit et adapté au Québec pour l'instant.




Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page

©  Copyright 2001 - Robin Hilborn Fabienne Dubeau - Gilles Breton Tous droits réservés.

URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/postadopt/ecole_enseignats.html