L'intégration à l'école


Pomme     L'intégration à l'école est une étape importante dans la vie d'un enfant... et d'un parent. On se demande qui panique le plus! Pour l'un et l'autre, c'est le défi de l'inconnu. Une myriade de questions fuse de toutes parts. Sera-t-il à la hauteur? Où est-ce qu'on fait pipi? Est-ce qu'elle s'ennuiera trop? Quand est-ce qu'on mange? Les amis seront-ils gentils?

Pour vous aider à réfléchir à ce thème à la fois angoissant et excitant pour tous, voici un exercice d'empathie basé sur la grille ci-dessous. En premier lieu, mettez-vous dans la peau de votre enfant et demandez-vous quels sont les aspects positifs et négatifs du passage à l'école et quels besoins il suscite.

Notez vos idées sur une feuille divisée comme la grille de réflexion. Ensuite, faites-le même exercice du point de vue du groupe, du professeur et enfin revenez dans votre peau et posez-vous les mêmes questions. Essayez-le, c'est fort intéressant.

Enfant

Positif     Négatif

Besoins

Groupe

Positif     Négatif

Besoins

Professeur

Positif     Négatif

Besoins

Parent

Positif     Négatif

Besoins


Sans donner toutes les réponses possibles, voici quelques pistes. En général, l'enfant qui doit bientôt commencer l'école est curieux, fier et il a hâte. Sa vie de bébé prend officiellement fin; on lui dit souvent qu'il est un grand maintenant. Cependant, il a besoin de se faire expliquer ce qui va se produire, de se faire rassurer. Lui montrer les lieux et lui expliquer comment les choses vont se passer sont de bonnes idées. Il a besoin d'un message de confiance, comme le professeur d'ailleurs.

Par opposition, le parent vit un sentiment d'ambivalence: il veut que son enfant devienne grand et fort, mais il ne veut pas qu'il souffre; il veut le protéger, particulièrement dans le cas d'un enfant adopté à l'étranger. Justement, l'enfant a besoin de mettre ses parents à distance! Il a besoin de mettre le professeur sur un piédestal.

L'enfant a simplement besoin que le parent l'aide à ne rien oublier. Il doit savoir que le parent sera toujours là après l'école. Il a besoin de parents présents pour l'écouter lorsqu'il a décidé de raconter sa journée. Le groupe lui a d'abord besoin de partager des activités, de vivre du plaisir ce qui permet de construire des liens.

Pour l'enfant adopté, le passage à l'école comprend tous les sentiments et les besoins exprimés plus haut mais, en plus, il représente une nouvelle confrontation avec sa différence. Si sa couleur de peau le distingue des autres enfants et surtout s'il est le seul enfant dans cette situation, l'école devient particulièrement déroutante.

Il pourra se faire dire bien des choses désagréables, peut-être pour la première fois. Dans ces situations, les parents doivent offrir un appui solide à l'enfant. Lui expliquer ce qui se passe. À l'âge de l'entrée à l'école, les enfants ne comprennent pas vraiment ce que signifie le racisme et la plupart des remarques ne sont pas mal intentionnées.

En fait, il est surtout difficile aux parents de rester calme lorsque, par exemple, son enfant haïtien revient de l'école avec ces mots: «les amis ont dit que je suis comme du caca». Le plus souvent, espérons-le, le temps règle bien des problèmes et ces remarques disparaissent alors que les enfants se connaissent mieux. Sinon, le professeur est sans doute le mieux placé pour évaluer la situation et proposer des solutions.

À lire aussi:

Rédaction: Gilles Breton


Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page

©  Copyright 1997- Gilles Breton Tous droits réservés.

Date de publication: Décembre 1997
URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/postadopt/ecole.html