Nouvelles en adoption


NOTE:
D'autres nouvelles ou des précisions
concernant la situation de l'adoption
dans les pays d'origine
se trouvent dans une autre page:
La situation actuelle dans les pays d'origine

 

journalContribuez à cette page:
En tout temps, si vous apprenez une nouvelle quelconque
sur l'adoption internationale à:

Courriel
S.V.P., citez vos sources.


Retour à la page principale des nouvelles


Archive de nouvelles: Décembre 99 à décembre1998

  1. Le SAI agit comme intermédiaire pour les québécois voulant adopter aux États-Unis
  2. Le coffret, une expérience nouvelle
  3. Human Rights Watch dénonce les orphelinats russes
  4. Projet de fusion de deux agences d'adoption québécoises
  5. Annonce des modifications à la loi sur la citoyenneté
  6. Adoption et éthique
 
23 décembre
1999
Le SAI agit comme intermédiaire pour les québécois voulant adopter aux États-Unis
Source: Contact téléphonique direct avec le SAI

Depuis octobre 1999 (désolé du retard, le SAI n'a pas jugé bon de m'en informer et je l'ai appris de mes contacts), le SAI a conclut une entente avec une agence américaine afin que des québécois puissent adopter aux États-Unis. Le SAI a déjà fait de même pour d'Autres pays dansle passé, notamment le Mexique mais ce n'est plus le cas que je sache.

Voici comment cela fonctionne. Si vous êtes intéressé vous devez contacter le SAI. celui-ci contacte l'agence américaine qui cherche pour vous un enfant américain adoptable. C,est donc le SAI lui-même qui agit comme agence au Québec pour l'adoption aux USA.

L'agence choisit par le SAI s'appelle «Small World Adoption Programs». On m'a dit que le SAI a retenu cette agence du Tennesse parce qu'elle «rencontre les exigences de la Convention de la Haye». Vous trouverez des renseignements sur les modalités dans le site internet de cette agence, cherchez sous «USA domestic adoption». Je mettrai des précisions dans ce site dès que je pourrai les obtenir du SAI, à moins que celui-ci lance enfin son site Internet.


Haut de la page

23 décembre
1999
Le SAI agit comme intermédiaire pour les québécois voulant adopter aux États-Unis
Source: Contact téléphonique direct avec le SAI

Depuis octobre 1999 (désolé du retard, le SAI n'a pas jugé bon de m'en informer et je l'ai appris de mes contacts), le SAI a conclut une entente avec une agence américaine afin que des québécois puissent adopter aux États-Unis. Le SAI a déjà fait de même pour d'Autres pays dansle passé, notamment le Mexique mais ce n'est plus le cas que je sache.

Voici comment cela fonctionne. Si vous êtes intéressé vous devez contacter le SAI. celui-ci contacte l'agence américaine qui cherche pour vous un enfant américain adoptable. C,est donc le SAI lui-même qui agit comme agence au Québec pour l'adoption aux USA.

L'agence choisit par le SAI s'appelle «Small World Adoption Programs». On m'a dit que le SAI a retenu cette agence du Tennesse parce qu'elle «rencontre les exigences de la Convention de la Haye». Vous trouverez des renseignements sur les modalités dans le site internet de cette agence, cherchez sous «USA domestic adoption». Je mettrai des précisions dans ce site dès que je pourrai les obtenir du SAI, à moins que celui-ci lance enfin son site Internet.

Haut de la page

   
18 mai
1999
Le coffret, une expérience nouvelle
Source: La Cigogne, journal de la Fédération des Parents adoptants du Québec, Printemps 1999.

À 50 kilomètres de Montréal, au coeur des Laurentides, il y eut plus de 260 adoptions internationales depuis 1983. Ces familles adoptives, dispersées dans les communautés laurentiennes, ont la possibilité de se joindre au COFFRET.

Le COFFRET (le Centre d’Orientation et de Formation pour Favoriser les Relations Ethniques) a été créé par Line Chaloux. Depuis 1990, l’équipe du COFFRET poursuit deux mandats : d’abord celui de voir à l’installation et à l’intégration harmonieuse des nouveaux arrivants, puis celui de sensibiliser la population pour lutter contre la discrimination raciale.

Le COFFRET a décidé de s’impliquer encore davantage au sein de sa communauté en ajoutant un autre volet à son éventail de services : l’Adoption internationale. Le COFFRET propose un service de soutien aux familles qui ont adopté à l’étranger, et, en même temps, fait la promotion des adoptions internationales.

Les divers services peuvent offrir du soutien et de l’encouragement autant que de l’information. C’est un endroit où des familles peuvent échanger sur leur vécu aussi bien que rencontrer des professionnels préoccupés par l’adoption internationale. Le COFFRET offre en plus des activités pour favoriser le rapprochement entre les enfants d’ici et d’ailleurs en toute harmonie.

Après tout, le monde est bien petit ! Pour de plus amples informations :

Le COFFRET, Natalija Svotelis, Tél. : (450) 565-2998


Haut de la page



13 janvier
1999
Human Rights Watch dénonce les orphelinats russes
Source: http://www.hrw.org/hrw/reports98/russia2/.

L'organisation Human Rights Watch a publié un document intitulé "Abandoned to the State: Cruelty and Neglect in Russian Orphanages". Ce document porte un jugement très sévère sur les orphelinats russes. Human Rights Watch y dénonce les sévices de toutes sortes dont sont victimes les enfants orphelins en Russie, même et surtout dans les orphelinats d'État.

Dans ses conclusions et recommandations, l'organisme de prend pas partie dans le débat russe sur l'opportunité de l'adoption à l'étranger. Il déclare toutefois qu'en toute chose il faut privilégier l'intérêt de l'enfant. Il recommande aussi au gouvernement russe de s'assurer qu'un programme d'évaluation approfondie soit mis en place avant de favoriser l'adoption domestique, en raison du taux élevé de violence familiale en Russie.


Haut de la page



1 janvier
1999
Projet de fusion de deux agences d'adoption québécoises
Source: Le Rayon de Soleil, vol.5, no3, Décembre 1998.

Dans la dernière parution de son journal, l'agence d'adoption québécoise «Soleil des Nations» annonce qu'elle a amorcé des discussions en vue de sa fusion avec l'agence SAIME (Société d'adoption internationale au Mexique).

C'est le conseil d'administration de SAIME qui a approché les administrateurs de Soleil des Nations pour se joindre à eux afin d'alléger le travail administratif des bénévoles et d'apporter du sang neuf à la Société. Ils ont choisi Soleil des Nations parce que cette dernière a des programmes d'adoption bien implantés dans les pays latino-américains (Colombie, Bolivie et en Haïti) et en raison de la philosophie et de la bonne réputation de Soleil des Nations, selon la présidente de SAIME.

Si le projet de fusion suit son cours, la fusion devrait être effective pour la prochaine année fiscale en avril 1999. Des personnes de SAIME deviendraient alors membres du conseil d'administration de Soleil des Nations et poursuivraient le programme d'adoption au Mexique.


Haut de la page



8 décembre
1998
Annonce des modifications à la loi sur la citoyenneté
Source: Conférence de presse de la ministre Mme Lucienne Robillard.

Mme Robillard a présenté hier son projet de loi visant à modifier la loi canadienne sur l'immigration et la citoyenneté. Ces modifications visent à éliminer le caractère discriminatoire de la loi actuelle envers les enfants adoptés qui ne reçoivent pas la citoyenneté lors de leur adoption comme les enfants biologiques à leur naissance, même si celle-ci a lieu hors du Canada.

Les modifications proposées accorderaient directement la citoyenneté aux enfants adoptés par des citoyens canadiens, au lieu d'un visa d'immigrant, sans examen médical. L'adoption devra respecter les lois en vigueur dans le pays d'origine de l'enfant et dans le pays de résidence des parents, quels qu'ils soient, et bien sûr elle ne devra pas être une adoption de convenance visant à contourner la loi. Le processus d'immigration continuera de s'appliquer aux enfants adoptés par des canadiens résidant à l'étranger.

On conseille au parents de "consulter le dossier médical de l'enfant au cours du processus d'adoption". Ceci remet entièrement la responsabilité de la santé des enfants entre les mains des parents et des provinces. On ne sait pas comment celles-ci aideront les parents à vérifier la santé des enfants avant d'accepter une proposition. Consultez le communiqué du ministère.


Haut de la page



4 décembre
1998
Adoption et éthique
Source: Adoption internationale: contexte de la visite médicale post-adoption, par J.F. Chicoine, l. Chicoine et P. Germain, Le Clinicien, Août 98.

Dans un article à l'intention des médecins, l'équipe du Dr Chicoine soulève des faits et des questions éthiques en matière d'adoption. La Convention de la Haye énonce des principes qui font de l'adoption une solution de derniers recours pour garantir le bonheur des enfants abandonnés. Mais d'autre part, il y a des situations intolérables soulignées dans cet article:

«Des pays comme le Paraguay ont déjà dû fermer leurs portes à l'adoption internationale, tant la corruption s'était immiscée dans l'engrenage des procédures: on y est allé jusqu'à pratiquer des césariennes de force pour s'assurer de la prise de possession des bébés. Ailleurs, des intermédiaires, notamment dans certains pays d'Asie, jouent au jeu du free market  et renchérissent certains tarifs professionnels pour mieux profiter de la présence des adoptants les plus offrants.»

Les québécois adoptent en grande majorité des enfants abandonnés en bonne et due forme. Cependant, il y a des problèmes ici aussi:

«[...] certaines des évaluations des compétences parentales des adoptants sont erronées, sommaires ou biaisées, ce qui n'est pas surprenant, puisque les parents doivent payer directement la consultation à l'évaluateur psychosocial chargé d'apprécier leurs compétences parentales.»

Finalement, l'article souligne à juste titre qu'on:

«[...] ne doit conséquemment jamais perdre de vue cette belle parole qui veut que "l'adoption sert avant tout à donner une famille à un enfant qui n'en a pas, plutôt que l'inverse", comme c'est encore très et trop souvent le cas. La problématique de l'adoption ne doit pas être réduite à un droit d'adulte bien nanti capable de s'offrir la lune, pour ne pas dire la planète toute entière.»

En plus de ces considérations éthiques, l'article mentionne certaines conséquences de l'adoption qui sont parfois négligées:

«[...] il n'est pas rare que nous recevions des appels de mères en larmes, privées de contact avec le reste de leur famille. Des grands-mères refusent de voir leur petit-enfant tant que les parents n'ont pas reçu les résultats des prélèvements sanguins, des oncles refusent de laisser leurs enfants jouer avec le nouveau cousin de peur qu'ils attrapent un microbe "adopté" à l'étranger...»

L'article contient aussi de nombreuses informations relatives à la santé des enfants que nous tentons d'intégrer à ce site dès que possible.


Retour à la page principale des nouvelles



Courriel
Page d'accueil
Haut de la page
Haut de la page


©  Copyright 1997 Gilles Breton Tous droits réservés.
URL = http://www.quebecadoption.net/adoption/general/nouvarchiv1.html