Extrait de « Fleurs du monde
(éournal de Familles au coeur québécois)

Dis-la-vé-ri-té

Tous les parents qui ont eu un ou plusieurs enfants savent bien que vers l’âge de trois ou quatre ans, les bambins se font un malin plaisir de nous faire subir un interrogatoire sans fin. Généralement, il est relativement facile de répondre à leurs questions: pourquoi il fait froid l’hiver; pourquoi grand-maman demeure loin; pourquoi les enfants sont petits.

Je sais maintenant que l’exactitude de nos réponses importe généralement peu aux enfants; l’essentiel pour eux est de créer, et surtout de garder, un contact privilégié avec le parent.

Dans la mesure du possible, je me suis toujours efforcé de répondre à mon enfant au meilleur de mes connaissances, tout en essayant de rendre la réponse compréhensible à un enfant de trois ou quatre ans.

La phase de questionnement de mon fils Félix, maintenant âgé de huit ans, m’a apporté bien des surprises, dont celle-ci que je n'oublierai jamais.

Un matin, comme à l’habitude, il me mitrailla de questions pendant que je le conduisais vers la gardienne. Je réussis tant bien que mal à y répondre avec assurance. Vers la huitième question, il me demanda quelque chose comme : pourquoi la lune est blanche ?

Naturellement, mon cerveau savait que la réflexion de la lumière blanche du soleil sur la surface gris pâle de la lune produisait une lumière blanche réfléchie. Mais comment formuler ça rapidement, clairement et efficacement à huit heures du matin, tout en conduisant dans la circulation?

J’ai alors essayé de formuler une réponse compréhensible, mais, victime de stress ambiant, je ne réussis à produire qu’une réponse marquée d’hésitations.

Mon petit Félix remarqua aussitôt mon manque d’assurance. Pour me montrer qu’il avait appris ce qu’on lui répétait souvent chez la gardienne, il me dit en appuyant sur chaque syllabe: «DIS-LA-VÉ-RI-TÉ !»

«DIS-LA-VÉ-RI-TÉ ! », bien oui. Toujours. Son conseil a porté, pas seulement pour lui, mais également, des années plus tard, pour sa petite sœur adoptive qui est avec nous depuis maintenant 16 mois.

Alors que notre petite perle originaire de Chine, la petite Gloria, grandit rapidement, je m’attends à la fusillade de questions d’ici un an ou deux. Dans son cas, il est probable que toutes les questions ne porteront pas uniquement sur la pluie et le beau temps, mais aussi sur ses origines, ses parents biologiques, pourquoi cette séparation, etc.

Bien des questions elle aura, mais bien peu de réponses précises j’aurai.

Mais je me prépare. Déjà, malgré qu’elle vienne tout juste d’avoir deux ans, je regarde l’album de photos avec elle. Nous n’avons que bien peu de photos prises avant notre voyage en mai 2002: sa première photo en Chine, l’orphelinat où elle a grandi avec quelques employés. Puis notre arrivée, et le déluge de photos qui a suivi. Ses petites jambes si maigrichonnes et maintenant si athlétiques, son petit visage autrefois un brin triste et tellement rieur aujourd’hui.

Et je garde et essaie de lire tout ce que je peux trouver sur sa région d’origine: cartes, descriptions, photos, images satellites. Mais tout cela me semble tellement peu pour faire face aux questions à venir.

Tout ce que je vise, c’est de demeurer franc quant aux limites de mes connaissances sur ses origines.

Tout cela pour ne pas qu’elle aie à me dire: DIS-LA-VÉ-RI-TÉ !

Maurice Lamontagne

Extrait de Fleurs du monde, Automne 2003

 

Pages de Familles au coeur québécois
dans le site «Québecadoption.net»
www.quebecadoption.net
Courriel
Courriel

Page d'accueil
Haut
Haut de la page
14 novembre 2003