Extrait de « Fleurs du monde
(Journal de Familles au coeur québécois)

Maudite mère blanche

Je suppose que je m’y attendais inconsciemment depuis longtemps à ces mots, à ce cri lancé d’un cœur déchiré d’enfant, presque ado, mais quand c’est arrivé, j’en suis restée bouche bée. Et je suis demeurée ainsi, muette comme une carpe et toujours sans réplique, à encaisser fois après fois ces mots en ne sachant ni trop quoi faire ni quoi répondre à cet enfant, tout en cherchant une explication, une raison à cette insulte. Car à son avis, Maudite mère blanche, c’en était une ! Le contrôle est demeuré dans son camp un bout de temps. Puis le cœur déchiré de ce pré-ado s’est un jour effondré : «Maman, comment est-ce que je fais pour aimer deux mères ? » «Tu as le droit d’aimer deux mères. » La loyauté et l’amour de cet enfant pouvaient être partagés tout comme ceux d’un parent pour tous ses enfants. Quel soulagement ! Cet enfant avait le droit d’aimer deux mères. Le soulagement, il était palpable mais le cas n’était toutefois pas encore tout à fait réglé.

Pendant deux longs mois, j’ai jonglé, j’ai réfléchi et je me suis creusé les méninges pour trouver une façon intelligente et non menaçante de reprendre le contrôle de cette situation qui LUI faisait mal. Maudite mère blanche ! Puis l’éclair de génie m’est enfin venu. Je me suis reportée une dizaine d’années en arrière alors que cet enfant avait manifesté le désir d’être de la même couleur que moi. Petit enfant noir deviendra blanc, et comme par magie, de la farine ou de la poudre (j’oublie laquelle des deux a servi) a transformé ce cher petit enfant noir en enfant blanc. On a bien rigolé ! Que voulez-vous quand on a deux ou trois ans, se faire poudrer partout pour changer de couleur, c’est bien rigolo, surtout quand c’est maman qui le fait en chatouillant ! …Et si l’on tentait l’expérience à l’inverse ? … J’avais trouvé MA solution !

Ce même soir, je me suis enfermée dans la salle de bain et je me suis poudrée avec … du cacao pour voir si mon éclair de génie était bon. En me regardant dans le miroir, j’ai compris que cela marchait..., j’étais devenue noire ou presque ! Je n’étais plus une Maudite mère blanche ! Vlan !, cent points pour la théorie de l’impact.

Et puis j’ai attendu (avec impatience cette fois) à nouveau l’insulte. Trois jours que cela a pris ! À ce moment, je me suis donc dirigée sans dire un mot avec mon petit pot de cacao, comme si de rien n’était, vers la salle de bain et je me suis métamorphosée. À ma sortie, la réaction n’a pas été longue à venir ! Tout le monde était crampé de rire. Puis silence total. On aurait entendu une mouche voler. Je n’avais plus affaire à de jeunes enfants mais bien à des pré-ados. Ils avaient compris où je voulais en venir. Les seules paroles que j’ai prononcées furent : «Est-ce que je suis de la bonne couleur maintenant ? » «Maman, va te laver, je t’aime comme tu es. » J’allais de ce pas redevenir sa mère, tout simplement.

Nycole Dumais

Extrait de Fleurs du monde, Hiver 2003

 

Pages de Familles au coeur québécois
dans le site «Québecadoption.net»
www.quebecadoption.net
Courriel
Courriel

Page d'accueil
Haut
Haut de la page
12 mars 2003