Extrait de « Fleurs du monde
(Journal de Familles au coeur québécois)

D'ici et d'ailleurs (adoption internationale vs locale)

Carole et Stéphane sont les heureux parents adoptifs de deux p’tits blonds aux grands yeux bleus, Maxime d’origine russe et David, un petit Québécois pure laine, protégé par la loi de la protection de la jeunesse, qui est en placement en famille d’accueil en vue d’être adopté, dans ce qui est connu sous le terme de banque mixte.

Leur histoire commence comme celle de bien d’autres parents adoptifs. Carole et Stéphane voulaient fonder une famille. Après les mois de déceptions et les traitements médicaux, le désir de l’enfant n’ayant pas disparu, l’idée de l’adoption s’est installée. Il faut dire qu’elle n’a pas eu à germer bien longtemps puisque le père de Carole et un des frères de Stéphane sont des enfants adoptés et que le sujet de l’adoption n’a jamais été tabou ni caché. L’adoption faisait donc naturellement partie de l’histoire familiale.

Et voilà que cela déboule ! Carole et Stéphane mènent leur barque sur divers fronts à la fois, soit l’international, le régional et la banque mixte. Ils s’informent, pèsent le pour et le contre et optent pour la Russie à l’international.

Adoption internationale

L’évaluation psychosociale de Carole et de Stéphane se fait premièrement en fonction de l’adoption internationale et non de la banque mixte de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ). L’évaluateur recommande fortement l’adoption pour un premier enfant plutôt que la banque mixte car une fois l’enfant adopté arrivé dans sa nouvelle famille, il y est assurément pour la vie au contraire parfois d’un enfant placé, en vue d’être adopté, dans une famille d’accueil en vertu de la loi de la protection de la jeunesse. C’est ainsi que Carole et Stéphane ont reçu une première proposition de deux petits garçons d’origine russe, proposition qu’ils ont refusée après moultes déchirements vu les diagnostics plutôt sombres des enfants. La deuxième proposition s’avère la bonne et c’est ainsi que Maxime, un blondinet aux yeux bleus de 17 mois, est arrivé en août 2001.

Sept mois plus tard, alors qu’ils ne s’y attendaient pas, même s’ils s’étaient inscrits pour être famille d’accueil d’un enfant de la banque mixte et avoir été évalués en conséquence, David, un autre petit blond aux yeux bleus âgé d’à peine 2 mois faisait son entrée dans la famille. Mais qu’est-ce que la banque mixte ?

Banque mixte

La banque mixte est une banque qui «comporte des enfants retirés par la DPJ à des parents qui n’ont pas su, qui n’ont pas pu 1» s’occuper de leur enfant. «La logique de la DPJ est de repérer dès que possible les bambins dont le milieu d’origine est si néfaste qu’ils n’y retourneront sans doute jamais et les placer dans des familles d’accueil qui s’engagent dès le départ à les adopter 2. » Il ne faut pas oublier que le meilleur intérêt de l'enfant a préséance sur les droits des parents.

En fait, il s’agit de trouver des parents à un enfant et non un enfant à des parents. Souvent les enfants de la banque mixte ont été négligés, violentés, abandonnés, parfois sont nés d’une mère toxicomane ou qui souffre d’une maladie mentale ou encore, ces enfants ont une déficience intellectuelle ou physique. Les parents biologiques feront partie du décor jusqu’à ce que le tribunal de la jeunesse déclare que l’enfant est admissible à l’adoption. Une fois cette étape franchie, les parents biologiques perdent l’exercice de toute autorité parentale ainsi que le lien qui les unit à l’enfant. D’ailleurs 90 % de ces enfants sont adoptés par les familles qui les ont accueillis.

Le quart des enfants sont souvent âgés de plus de deux ans bien que plusieurs enfants arrivent dans la famille d’accueil alors qu’ils sont bébés. Les fillettes sont les plus recherchées et il est plus difficile de trouver une famille pour des enfants plus âgés, handicapés, d’une ethnie différente ou ayant un lourd vécu.

Il faut être conscient de ses limites et se respecter dans ses choix. Les enfants ont souvent vécu un ou plusieurs arrachements et il ne faudrait pas leur en faire vivre un autre. L’avantage, si l’on veut par rapport à l’adoption internationale, est que la banque mixte permet aux parents d’avoir accès au dossier complet de l’enfant, à savoir son profil psychologique, sa santé, ses origines, son niveau de développement et ses problèmes d’ordre affectif, de développement ou autre.

Attente du jugement final d’adoption

Quatre étapes à franchir avant que la famille d’accueil ne devienne la famille tout court de l’enfant : En premier lieu vient la désignation de famille d’accueil de l’enfant, puis suit la déclaration judiciaire d’admissibilité à l’adoption alors que la DPJ devient le tuteur légal de l’enfant et que l’enfant est déjà placé dans son foyer permanent depuis un an ou deux, ensuite vient l’ordonnance de placement en famille d’adoption pour ensuite passer au jugement final d’adoption qui modifie l’état civil de l’enfant.

Différences entre les deux adoptions

Pour Carole et Stéphane le stress de l’adoption s’est vécu différemment pour chacun des deux enfants. Dans le cas de Maxime, il y avait l’attente et l’espoir et la proposition rejetée et à nouveau l’attente et l’espoir et enfin la concrétisation de leur rêve avec l’arrivée de la Russie de fiston tandis que pour David, c’est le stress omniprésent de la permanence du placement qui mènera dans un avenir plus ou moins rapproché à l’adoption de David. Et puis il y a la présence de la maman biologique que l’on sent menaçante malgré soi mais à qui l’on est tout de même reconnaissant. Chaque cas est différent. Pour David, il faut vivre avec le stress que l’adoption soit contestée par le papa biologique ainsi que le stress de passer à travers toutes les étapes de la paperasserie administrative.

Moments de réflexion

Carole et Stéphane sont bien contents de leur petite famille et il songe déjà à un troisième enfant. Cette fois le choix est plus que clair pour eux. Ils se tourneront à nouveau sans hésitation vers la banque mixte en vue d’une adoption afin d’offrir une famille à un enfant d’ici. Les besoins sont grands et qui sait, Carole et Stéphane deviendront peut-être aussi également famille d’accueil tout court pour d’autres enfants d’ici.

Notes: 1 et 2 -  Adopter au Québec, L’Actualité, 15 juin 2003

Nycole Dumais

Extrait de Fleurs du monde, Automne 2003

 

Pages de Familles au coeur québécois
dans le site «Québecadoption.net»
www.quebecadoption.net
Courriel
Courriel

Page d'accueil
Haut
Haut de la page
14 novembre 2003