Extrait de « Fleurs du monde »
(Journal de Familles au coeur québécois)

Devrions-nous adopter cet enfant ?

La revue The New Yorker du 17 juillet 2000 publiait un article très intéressant intitulé The Orphan Ranger portant sur la question que se posent plusieurs parents adoptifs par rapport au dossier médical très lourd d'un enfant institutionnalisé : ‚Devrions-nous adopter cet enfant ? ..é

 Plusieurs parents recevant une proposition posent cette question à Dre Jane Aronson, fondatrice de la clinique International Adoption Medical Consultation Services à l'hôpital universitaire Winthrop à Mineola (New York) en 1993. 

Lorsque Dre Aronson regarde le vidéo que les futurs parents adoptifs lui apportent d'un enfant institutionnalisé, elle espère voir cet enfant jouer et interagir avec les autres enfants. Ceci lui permet d'observer si l'enfant présente certaines caractéristiques de syndromes qui affligent les enfants institutionnalisés. Elle note que certains problèmes psychologiques sont impossibles à discerner sur un bref vidéo. Par contre, Dre Aronson peut observer les aptitudes sociales, motrices et langagières. Afin de déterminer si l'enfant souffre du syndrome d'alcoolisme foetal, elle observe très attentivement les caractéristiques faciales de l'enfant et c'est pourquoi elle demande un gros plan de l'enfant.  

Elle note que les rapports médicaux des enfants de nationalité russe sont remplis de diagnostics bizarres et qui n'ont aucun équivalent en Amérique et sont sans fondement épidémiologique. Cependant, on ne peut pas en faire abstraction puisque des médecins russes ont examiné ces enfants et que, les médecins américains non.

Munie du peu d'information dont elle dispose et après avoir regardé à plusieurs reprises le vidéo de l'enfant proposé, Dre Aronson téléphone aux futurs parents... et leur livre ses impressions souvent basées autant sur son intuition que sur la science. Pour cette raison, elle ne recommande jamais à une famille d'adopter ou de ne pas adopter un enfant. Elle avise plutôt les futurs parents si l'enfant en est un à risque extrême, moyen, modéré ou léger. L'enfant qui ne présente aucun risque n'existe pas.  

Les parents en attente qui reçoivent l'avis qu'un enfant présente un risque extrême sont confrontés à une décision des plus difficiles. Pour certains parents, refuser une proposition peut s'avérer accablant puisqu'ils ont toujours à l'esprit le sort de cet enfant dont ils ont regardé le vidéo.

 La clinique que Dre Aronson a établie, est l'une parmi plusieurs qui ont vu le jour au États-Unis au cours des dix dernières années dans le but de soigner les enfants adoptés à l'étranger. Ces cliniques offrent une variété de services, dont les consultations pré-adoption ainsi qu'une multitude de services spécialisés dans, par exemple, les retards de développement et les problèmes psychologiques.  

Les médecins savent d'une part qu'un enfant institutionnalisé perd à peu près un mois de croissance et de développement par tranche de trois mois qu'il vit en institution. D'autre part, les médecins sont souvent étonnamment surpris et enchantés de la rapidité à laquelle ces enfants adoptés rattrapent leur retard. 

Un faible poids à la naissance, les enfants nés prématurément, une petite circonférence crânienne, l'exposition prénatale à l'alcool et aux drogues sont des facteurs pouvant entraïner des problèmes de développement. Un mauvais contact visuel, l'enfant se berçant, s'infligeant lui-même des blessures, l'enfant agressif et hyperactif sont tous des symptômes qui peuvent être des indications de problèmes de comportement.

Dre Aronson et ses collègues ont conclu que les enfants qui ont été institutionnalisés peuvent récupérer de troubles émotifs et de troubles de comportement si une évaluation et un traitement adéquats débutent le plus tôt possible.

 Dr Ronald Federici a écrit le livre Help for the Hopeless Child dans lequel il établit un programme en vingt étapes pour amener un enfant de l'orphelinat à la maison. Un enfant qui a souffert profondément de négligence ou d'abus peut avoir besoin qu'on lui montre étape par étape à gérer ses émotions, à utiliser le langage, etc...

 Le site Internet de Parent Network for the Post Institutionalized Child est le site (américain et canadien) d'un groupe de soutien qui offre et partage des renseignements sur le développement, les besoins émotifs et d'éducation des enfants adoptés dans les hôpitaux et les orphelinats à travers le monde. On peut le consulter au : http://www.pnpic.org

Julie Francoeur
Extrait de Fleurs du monde, Automne 2000

 

Pages de Familles au coeur québécois
dans le site «Québecadoption.net»
www.quebecadoption.net
Courriel
Courriel

Page d'accueil
Haut
Haut de la page
21 janvier 2001