Extrait de « Fleurs du monde
(Journal de Familles au coeur québécois)

Qui dormira le premier: le père ou l'enfant?

Il suffit qu’un bébé apparaisse dans nos vies de parents, pour que les moments de sommeil deviennent tellement précieux.

Quand on est célibataire ou en couple sans enfant, le sommeil se prend quand il arrive, ou quand on veut qu’il arrive. Avec un ou plusieurs enfants, le sommeil devient une source de bonheur inestimable, un moment d’extase inégalé que l’on veut atteindre et conserver le plus longtemps possible.

Notre sommeil de parent est tellement bon et celui de nos enfants encore meilleur !

Le sommeil est si doux lorsque l’on voit notre petit enfant partir au pays des rêves tout doucement, alors qu’il s’amollit peu à peu entre nos bras. Parfois, dans un dernier sursaut, l’enfant entrouvre ses yeux pour vérifier si on est toujours là, pour succomber finalement et se laissant emporter.

Le sommeil est doux pour l’enfant, mais aussi pour les parents. Un enfant qui dort est un tel soulagement après une journée de travail, le souper, le bain, les jeux, les couches, car enfin nous, les parents, pouvons respirer un peu et jouir de notre tranquillité retrouvée.

Mais autant les parents aiment les moments de sommeil, autant ils sont parfois difficiles à obtenir.

Nous avons deux enfants, et leur style de dormeur est très différent. Considérez-les au même âge, disons 3 ans, comme c’est le cas présentement pour ma fille. Alors que mon garçon aujourd’hui âgé de 9 ans s’endormait très facilement lorsque le soleil se couchait (on l’avait surnommé la Petite Marmotte), ma fille Gloria, ma petite perle de Chine, trouve toujours les moyens de rebondir lorsque c’est l’heure du coucher. Elle veut danser, chanter, jouer, alors que nous, on aimerait tant que la fatigue l’emporte dans les bras de Morphée.

C’est à croire que les piles intérieures de Gloria se rechargent à l’énergie lunaire!

Que j’aimerais donc qu’elle s’endorme vers 20 heures ce qui me permettrait de reprendre mon souffle. Que j’aimerais qu’elle se laisse tomber dans les bras du sommeil après notre petit rituel du coucher : une histoire en se berçant, une revue de ce que l’on a fait cette journée-là, une petite chanson et un petit bisou, suivi de 125 «bonne nuit Gloria».

Rien n'y fait : nous avons essayé de la coucher vers 20 heures, mais c’est toujours vers 21:30 - 22:00 qu’elle s’endort, avec au milieu de tout cela, des : viens m’abrier, pipi, du lait, un monstre, un loup, la lumière, ça pique et quoi d’autre encore...

C’est à se demander si elle a en elle une horloge biologique qui est encore réglée sur l’heure de Beijing !

Parlant de Beijing, je me rappelle encore notre retour de Chine : le décalage horaire de 12 heures, la fatigue du voyage, les exigences bien légitimes de la petite alors âgée de 8 mois. J’avoue candidement n’avoir jamais été aussi fatigué de toute mon existence. Pendant au moins une semaine, je fus un zombie sur le pilote automatique.

À tous ceux qui ont fait le voyage outre-mer pour adopter deux enfants ou plus : chapeau ! Vous êtes super résistants ou alors tellement généreux que vous pouvez passer par-dessus votre existence physique.

Pour nous, les deux premières années furent difficiles avec les réveils intempestifs à toute heure de la nuit. Plus souvent qu’autrement, je fus tiré de mon sommeil par un cri ou des pleurs relâchés à pleins poumons. Je crois que mes pulsations cardiaques passaient de 50 à 150 en une fraction de seconde. Essayez ensuite de vous rendormir rapidement : mission impossible !

Certains d’entre vous penseront que je ne suis qu’un égoïste qui ne pense qu’à son sommeil: c’est un peu vrai, mais pas complètement.

Bien sûr que j’aimerais relaxer un peu après 20 heures, mais c’est aussi un peu pour elle que j’aimerais qu’elle dorme plus tôt. Lorsqu’elle est de mauvaise humeur le matin quand on se lève, c’est là que je me dis qu’elle devrait se coucher plus tôt le soir.

Comment arriverais-je à faire dormir ma petite Gloria plus tôt ? Je ne sais pas, mais j’y pense souvent, trouverai-je un jour ?

Bon je vous laisse. La petite Gloria dort enfin et je dois aller me coucher pour me reposer. Qui sait, je trouverai peut-être la solution pour la faire dormir plus tôt : la nuit porte conseil.

Maurice Lamontagne

Extrait de Fleurs du monde, Hiver 2005

 

Pages de Familles au coeur québécois
dans le site «Québecadoption.net»
www.quebecadoption.net
Courriel
Courriel

Page d'accueil
Haut
Haut de la page
25 février 2005