Journal de l'association de parents pour l'adoption québécoise

Un portrait de l'adoption locale au Québec

 

Perception des parents de l'information reçue

Quelques questions ont été posées aux répondants sur leur perception de l'information reçue des intervenants au cours du processus. Les répondants étaient invité à répondre de façon distincte pour chaque enfant accueilli. Les informations recueillies portent tantôt sur la situation de 44 enfants, tantôt sur 47 enfants.

À la question «Estimez-vous avoir reçu assez d'information sur votre enfant quand vous l'avez adopté?» , les repondants considèrent avoir reçu assez d'information pour 25 enfants, et pas assez d'information pour 19 enfants. Les informations reçues sont perçues comme exactes dans 20 situations et en partie exactes ou pas du tout exactes dans 24 situations. Elles sont considérées complètes pour 20 enfants et incomplètes pour 27 enfants. Enfin, les parents ont considéré les informations obtenues comme utiles dans 34 situations et peu ou pas du tout utiles dans 12 situations.

Voici un résumé des commentaires recueillis relativement aux informations que les parents auraient souhaité obtenir:

  • Le peu d'information qui est donné est donné trop tard (par exemple: l'histoire médicale).
  • Auraient aimé plus d'informations sur le comportement de l'enfant, et auraient aimé plus d'écoute.
  • Plus d'informations sur le fonctionnement quotidien de l'enfant
  • L'information est venue de la famille d'accueil qui a recueilli l'enfant alors qu'il était bébé, et d'une amie qui avait gardé le frère de l'enfant en famille d'accueil.
  • Les renseignements donnés par le service social étaient presque nuls.
  • Des informations sur les antécédents biologiques au niveau de l'apprentissage.
  • Plus sur le passé des parents biologiques (voire santé, grossesses, troubles de comportement).
  • Du côté légal, les répondants ne savaient pas ce qui allait se passer, et ils avaient l'impression que cela dépendait d'eux s'ils l'adoptaient ou non.
  • Historique clair de la situation de l'enfant, et la vérité sur la santé de l'enfant.
  • La vérité: on ne leur a pas dévoilé le passé de l'enfant.
  • Il aurait été souhaitable que l'on recueille plus d'informations auprès de la mère biologique quant à sa réalité de femme: son nom, l'âge de ses premières menstruations, les douleurs, la grosseur de seins, l'âge à la fin de la croissance; des informations sur la grossesse et l'accouchement; des renseignements sur l'existence ou non d'une fratrie.
  • L'enfant avait 12 ans et avait été dans plusieurs familles d'accueil. Il était difficile de faire un suivi chronologique de son passé et des personnes marquantes dans sa vie. Les répondants avaient un ramassis d'informations à remettre en ordre.
  • Un exemple de ce qu 'un répondant aurait aimé savoir: avec quoi avait-on battu son enfant durant son enfance?
  • Le répondant considère que l'enfant n'était pas bien suivi, ni bien connu par son intervenant. Un retard important dans le développement leur a été présenté comme un problème léger. Aussi, il y a trop peu d'information sur la mère et sa situation. On a minimisé et simplifié la situation.

On constate que ces parents manquent d'informations importantes sur l'enfant et son histoire. Dans un contexte ou des enfants présentent des problèmes de santé, des retards de développement et/ou des troubles de comportement et demandent des soins particuliers, ces informations sont essentielles pour les parents adoptants. Plus de 43 des répondants considèrent ne pas avoir reçu suffisamment d'information, et dans 55 des cas l'information reçue est perçue comme en partie ou pas du tout exacte. Il est raisonnable de conclure que l'obtention d'informations sur l'enfant est un point névralgique devant lequel plusieurs parents adoptant rencontrent des difficultés et auquel chaque parent doit être attentif, voire insistant.

Les informations recueillies ne nous permettent pas d'examiner et d'identifier l'origine de ces limites dans l'obtention de l'information. Cependant, nous considérons que les parents adoptants sensibilisés à cette difficulté seront en mesure de poser des questions et d'exiger davantage. Dans la page «Que faire lorsqu'on vous propose un enfant», vous trouverez quelques suggestions de questions à poser lors de la proposition d'enfant. En effet, le moment où vous choisissez d'accueillir un enfant, le moment où l'on vous propose un enfant est un moment critique dans l'obtention de l'information. De plus, l'APAQ entend sensibiliser les services Adoption de la région de Montréal et des régions périphériques à cette préoccupation des parents adoptants d'obtenir toute l'information, précise et pertinente afin de leur permettre de prendre des décisions appropriées pour eux, pour leur famille et pour aider leurs enfants. N'hésitez pas à nous faire part de vos questions, commentaires, à réagir par un article dans le journal, par téléphone ou par courrier électronique.

Suite du texte: Conclusions

Source: Geneviève Soucy, L'écoute, journal de l'association de parents pour l'adoption québécoise, octobre 1998.

Pages de l'association de parents pour l'adoption québécoise
dans le site «Québecadoption.net»

Courriel
Page d'accueil
haut
Haut de la page

URL = http://www.quebecadoption.net/APAQ/apaq_enquete3.html
Mise à jour: Décembre 2001