Journal de l'association de parents pour l'adoption québécoise

La phobie de la banque mixte

 

Bien souvent, lorsque les gens font leur demande d'adoption au Québec, ils optent pour des enfants adoptables, et ce malgré le fait qu'ils doivent attendre davantage que s'ils choisissaient un enfant en Banque-Mixte.

Pourtant, les gens sont informés à propos de la Banque-Mixte lors de la soirée d'information sur l'adoption, qui enclenche le processus. C'est le risque de se voir enlevé l'enfant, si jamais il advenait que l'enfant ne soit pas déclaré admissible à l'adoption, qui tourmente ces futurs parents. Il est très compréhensible et tout à fait louable de vouloir s'éviter une telle déchirure.

Cependant, dans ensemble des Centres Jeunesse, les intervenants sociaux se dirigent vers la Banque-Mixte lorsqu'ils sont persuadés que les chances d'une prise de conscience de la part des parents ou qu'une amélioration de leurs capacités parentales sont improbables. Ces enfants sont donc placés dans la future famille adoptive lorsqu'ils font face à une forte probabilité d'abandon.

Il y a également la méconnaissance de ce type de placement qui amène les parents à se diriger vers une adoption sans risque. Voici donc la définition de la Banque- Mixte selon les Centres Jeunesse:

«Liste des postulants, classés selon leur ordre d'inscription, qui désirent adopter et qui sont prêts à accueillir (à titre de famille d'accueil) un enfant qui n'est pas adoptable dans l'immédiat mais pour qui la probabilité qu'il le devienne éventuellement est élevéeé.

La Banque-Mixte est composée de couples ou d'individus désireux d'adopter un enfant. À ce titre, ils sont inscrits comme postulants à l'adoption et acceptent de jouer le rôle de famille d'accueil auprès d'un enfant à risque élevé d'abandon et dont le projet de vie est l'adoption à court ou moyen terme.

Les familles qui font partie de ce modèle sont donc évaluées et accréditées à la fois comme famille d'adoption et comme famille d'accueil. Leur capacité de composer avec la famille biologique est une dimension importante de leur rôle. Ces familles ont un double statut : celui «d'usager» du Service Adoption et, celui de «collaborateur» au plan d'intervention établi par l'intervenant responsable de la prise en charge de l'enfant.

Les objectifs d'un tel modèle visent tout d'abord, le bien être de l'enfant. Il sert à promouvoir la réalisation de projets de vie pour les enfants à forte probabilité d'abandon, en évitant les déplacements multiples. II assure un maximum de chance à ces enfants en leur offrant le plus tôt possible un milieu de vie adéquat et stable dans une perspective d'adoption ou de permanence.

Ainsi, ce type de placement vient en aide aux enfants dans le besoin et leur permet de développer un lien d'attachement et de profiter d'un cadre familial stable avant que les procédures judiciaires ne soient complétées. Pour les enfants cette chance est très importante puisqu'elle leur évite de vivre plusieurs› changements› souvent traumatisant pour des enfants en bas âge.

L'acceptation de prendre ce risque, qui est souvent minime ou inexistant, correspond directement au bien être de l'enfant, pour qui cela signifie une chance de vie harmonieuse et stable. Enfin, cet engagement envers l'enfant représente son acceptation inconditionnelle et un réel don de soi, dans le but d'aider cet enfant qui a déjà vécu tant de souffrance mise à part› cette blessure profonde›qu'est l'abandon.

Source: L'écoute, journal de l'association de parents pour l'adoption québécoise, hiver 2001.

Pages de l'association de parents pour l'adoption québécoise
dans le site «Québecadoption.net»

Courriel
Page d'accueil
haut
Haut de la page

URL = http://www.quebecadoption.net/APAQ/apaq_banque1.html
Mise à jour: Décembre 2001